D'un abus à l'autre

Les citoyens opposés à l'aménagement d'une piste multifonctionnelle... (Janick Marois)

Agrandir

Les citoyens opposés à l'aménagement d'une piste multifonctionnelle dans la rue Léger se sont rendus en début de semaine à l'hôtel de ville de Granby signer le registre sur le règlement d'emprunt lié au projet.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) Blogue / La Ville de Granby pourra déployer son réseau de pistes multifonctionnelles dans la rue Léger. Les citoyens opposés au projet n'ont pu recueillir lundi et mardi les 1265 signatures requises pour forcer le conseil à soumettre le règlement d'emprunt de 2,7 millions de dollars, dont 177 000 $ pour la piste multifonctionnelle, à l'ensemble des électeurs par voie référendaire.

Ils sont passés bien près alors que 1127 citoyens se sont rendus à l'hôtel de ville pour demander la tenue d'un plébiscite. C'est un exploit en soit de convaincre en si peu de temps autant de gens de se déplacer en plein mois de juillet sous la canicule.

Le conseil doit prendre acte de l'ampleur de ce mécontentement, qui déborde très clairement la rue Léger. Car sa «victoire» dans ce débat est courte et manque de fairplay - il était pratiquement impossible pour les citoyens de ce secteur d'atteindre le chiffre magique de signatures. Aussi, le fait que le conseil puisse aller de l'avant ne veut certainement pas dire que son projet est bien ficelé.

Malgré deux soirées d'informations organisées le 14 et 15 juin à l'intention des citoyens, on en sait encore très peu sur les intentions de la Ville sur l'ensemble de son projet de pistes multifonctionnelles. Une carte des rues où de telles pistes seront aménagées a été projetée lors des soirées d'information, mais elle n'a été rendue publique que le 5 juillet, le lendemain de l'assemblée du conseil. Pour la transparence, on a déjà vu mieux...

Cette carte identifie les rues visées, mais ne donne aucune autre information sur les aménagements envisagés. Construira-t-on des pistes unidirectionnelles de chaque côté des rues? Seront-ce des pistes bidirectionnelles d'un seul côté de la rue? Privilégiera-t-on des aménagements moins encombrants comme de voies réservées en bordure des rues peinturées pour capter l'attention des automobilistes? Aussi, la vitesse permise pour les automobilistes sera-t-elle réduite dans les rues concernées?

Ces possibilités sont celles que Vélo-Québec suggère aux municipalités pour l'aménagement de pistes cyclables en milieu urbain. On nous dit à l'hôtel de ville que le plan de pistes multifonctionnelles a été préparé en se basant justement sur les recommandations de Vélo Québec. L'organisme n'a pas analysé le plan de la Ville et aucune firme spécialisée ne l'a assistée dans le travail, nous a-t-on confirmé. Tout a été fait à l'interne.

Comment se fait-il qu'un projet d'une telle importance, qui concerne tous les citoyens présents et futurs de la Ville, n'a pas fait l'objet d'une consultation publique avant qu'une version finale soit présentée aux citoyens? On ne peut, c'est vrai, consulter les gens sur tout et rien. Mais on ne parle pas ici d'acheter du sel pour le service de la voirie ou quel type d'ordinateurs portables les élus doivent utiliser. Il s'agit d'infrastructures pour assurer la mobilité sécuritaire des citoyens. On pourrait à tout le moins leur demander leur avis! Nous sommes en 2016, dirait un certain premier ministre.

Le conseil doit le comprendre et inclure les citoyens dans ses prochains remues-méninges sur ses projets collectifs. Que peuvent perdre les élus à solliciter les idées et suggestions de leurs commettants? Espérons que ce gâchis en restera là. Les opposants pourraient recourir aux tribunaux pour plaider leur point de vue. Plein d'avocats, on s'en doute, leur diront même que c'est possible de le faire avec succès...

Cela dit, ces citoyens ont-ils la légitimité de continuer à s'opposer au projet? Est-ce crédible de miser sur le registre puis de se rabattre sur le système judiciaire lorsqu'on n'a pas réussi à rassembler assez de signatures? Il aurait fallu qu'ils saisissent la cour avant de leur cause. L'abus de la Ville dans ce dossier ne peut être compensé par l'abus de citoyens mécontents. Ils peuvent encore se faire entendre sur les futures pistes multifonctionnelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer