Challenger : une semaine qui marquera l'Histoire

Félix Auger-Aliassime... (Photo Nicolas Racine)

Agrandir

Félix Auger-Aliassime

Photo Nicolas Racine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Gendron
La Voix de l'Est

Une rafraîchissante page d'histoire s'est écrite cette semaine sur les courts des Tennis St-Luc de Granby. Les spectateurs privilégiés qui ont assisté au parcours inespéré du jeune prodige de 14 ans, Félix Auger-Aliassime, ont sans doute été témoins d'un tournant marquant pour ce se sport au Canada.

À peine d'âge junior, le Montréalais est parvenu à se qualifier pour le tableau principal puis à se frayer un chemin jusque dans les rondes finales face à des pros, démontrant un talent indéniable, un aplomb peu commun pour un garçon de son âge, et surtout, une fougue rarement vue sur un court.

Et tout ça ici même à Granby.

Le nom Auger-Aliassime a résonné toute la semaine autour de la planète tennis, sur le site du prestigieux journal sportif français L'Équipe notamment. Et chaque fois, celui de Granby résonnait avec lui.

«FAA», comme on le surnomme, ne pouvait trouver meilleure tribune que celle du Challenger de Granby pour étaler l'ampleur de son talent. Dès ses premiers coups de raquette, le week-end dernier lors des qualifications, il a attiré les regards. Plus il avançait dans le tournoi, plus il devenait la coqueluche du tournoi, le «talk of the town».

On dit même que le match qu'il a disputé jeudi soir face à la 205e raquette mondiale, Darian King, a été l'un des plus mémorables des quelque 20 années d'existence du tournoi granbyen. Rarement l'ambiance a-t-elle été aussi électrisante sur le central, nous a-t-on raconté. Tellement que, même si la pluie est venue forcer la pause du match, pas un seul spectateur n'a voulu déserter les gradins, conscient qu'il assistait à un moment unique. Paraît même que les bénévoles chargés d'assécher le terrain (et les gradins!) après l'ondée ont travaillé avec une vigueur et une rapidité décuplées par la hâte de voir le duel se poursuivre.

Un événement d'importance

Le conte de fées vécu par Félix Auger-Aliassime n'est que le plus récent épisode d'exception vécu par les amateurs de tennis de Granby depuis l'avènement du Challenger de tennis.

Au fil des années, les spectateurs ont pu être témoins de moments marquants, les passages d'Andy Murray, Milos Raonic et Eugenie Bouchard, la victoire émotive de Stéphanie Dubois, étant quelques-uns de ceux-là.

La communauté granbyenne peut être fière, doit être fière plutôt, qu'un tel événement ait lieu dans sa ville.

Difficile, hasardeux même, de chiffrer les retombées financières générées par cet événement. Mais chose certaine, il contribue au rayonnement de la ville et met des centaines de personnes en contact avec le tennis, en particulier les jeunes chasseurs de balles qui, soir après soir, match après match, s'acquittent de leur tâche avec brio.

D'ailleurs, le succès du Challenger repose essentiellement sur l'implication de l'armée de bénévoles qui, pendant la dizaine de jours que dure le tournoi, ne ménagent aucun effort pour bien servir les participants et bien accueillir les spectateurs qui, par ailleurs, pourraient être plus nombreux lors des rondes préliminaires.

Ceux qui n'ont pas été faire un tour sur le site cette semaine s'en mordront peut-être les doigts quand, d'ici quelques années, ils entendront des gens dire, au lendemain d'une victoire importante de Félix Auger-Aliassime sur le circuit ATP: «Je l'ai vu jouer, lui, quand il est venu à Granby».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer