NASCAR: Rêvons un peu

Brad Moran, directeur des séries Touring de NASCAR.... (Janick Marois)

Agrandir

Brad Moran, directeur des séries Touring de NASCAR.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Gendron
La Voix de l'Est

Montréal espère le retour des Expos. Québec, celui des Nordiques. Granby pourrait maintenant espérer la venue du NASCAR dans la région.

Si Dominic Lussier parvient à convaincre les bonzes du circuit nord-américain de stock-car que sa piste est en mesure d'accueillir une manche du championnat canadien de NASCAR, l'événement pourrait marquer un tournant important dans l'histoire de l'entreprise, voire dans l'histoire de la ville.

Pourquoi? Simplement parce que le NASCAR, c'est gros. Très gros.

Pour vous donner une idée de l'ampleur de l'organisation, l'entente de diffusion des courses à la télé, signée avec les réseaux NBC et FOX, lui rapportera au bas mot8,2 milliards de dollars pour la période de 10 ans couvrant les années 2015 à 2024.

Pas étonnant que les droits aient été vendus si cher. Les amateurs de course se comptent par millions aux États-Unis et au Canada- NASCAR avance même que plus de 75 millions de personnes sont adeptes de son sport -, et notre région ne fait pas exception.

Même que l'on peut avancer sans trop se tromper que les amateurs de course sont légion dans le coin. Les estrades de l'Autodrome, pleines à craquer les soirs où la météo coopère, sont là pour en témoigner.

Un attrait qui rayonne

Bien entendu, il ne faut surtout pas croire que la tenue possible d'une course de la série Canadian Tire fera converger vers Granby des milliers d'amateurs de course venus du sud des États-Unis, là où les passionnés de NASCAR sont extrêmement nombreux. Le pendant canadien du NASCAR n'a pas, pour eux, le même attrait que les épreuves de la Coupe Sprint, de la série XFinity (l'ancienne Nationwide) ni même de la série Camping World Truck.

Mais la curiosité de voir une course sur terre battue, une première pour cette série, serait sans doute suffisante pour attirer bon nombre d'amateurs.

Il s'agirait à coup sûr d'une excellente carte de visite pour le circuit et pour la ville qui l'abrite.

Déjà, l'Autodrome rayonne et accueille des amateurs de course venus de bien au-delà des limites géographiques des Cantons-de-l'Est. Nombreux sont les partisans venant de Saint-Hyacinthe, Drummondville, Sorel, Saint-Eustache ainsi que de toutes les petites bourgades qui entourent ces villes.

Lors de cet événement unique, on pourrait sans doute compter également sur la présence de visiteurs du nord des États-Unis, profitant de la proximité de la piste et de la faible valeur de notre devise.

Coup de main nécessaire

Afin de voir cet événement se concrétiser, Dominic Lussier et ses partenaires devront pouvoir compter sur l'appui de la communauté, à commencer par celui des autorités municipales, qui ont resserré les règles entourant l'exploitation du circuit au fil des dernières années.

Les élus devront réfléchir aux impacts positifs qu'un tel projet pourrait avoir sur la notoriété, et surtout, sur l'économie de la ville et se montrer ouverts.

Il reste bien du chemin à parcourir avant de voir le drapeau à damiers s'agiter au-dessus d'une voiture de NASCAR à Granby. Mais le passage du représentant de la série laisse une impression positive. Et permet de rêver un peu!

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer