Merci, Monsieur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Beaudoin
La Voix de l'Est

Souverainistes comme fédéralistes, de gauche ou de droite, anglophones comme francophones, tous saluent aujourd'hui la contribution de Jacques Parizeau à titre de grand bâtisseur du Québec.

Des éloges unanimes et pleinement mérités qui témoignent du respect que lui vouaient tant ses adversaires que ses partenaires politiques. Et c'était réciproque.

Respect.

Ce mot est revenu de toutes parts hier alors qu'on rendait hommage à cet homme qui a consacré sa vie à l'avancement du Québec.

Homme hors du commun, imposant physiquement et encore plus intellectuellement, Jacques Parizeau commandait en effet un profond respect.

Figure de proue historique du mouvement souverainiste, M. Parizeau était du genre cartésien qui a toujours fait passer la cause avant ses ambitions personnelles. Le summum de cette abnégation est survenu quelques semaines avant la tenue du référendum de 1995 alors qu'il s'est éclipsé de l'avant-scène au profit de Lucien Bouchard. C'était pourtant le grand projet de sa vie. La cause, toujours la cause...

Jacques Parizeau fut au coeur des principales réalisations du Québec au cours des 50 dernières années. Hydro-Québec, la Caisse de dépôt et placement, la Société générale de financement et la Régie des rentes, c'est en bonne partie lui. Son empreinte sur notre société restera pour toujours indélébile.

Aux côtés des René Lévesque, Jean Lesage et Robert Bourassa, Jacques Parizeau fait désormais partie du cercle restreint des immortels du Québec moderne.

***

Jacques Parizeau a longtemps possédé une résidence secondaire à Lac-Brome. Richard Burcombe, l'actuel maire de Lac-Brome, qui à l'époque était directeur de la Sûreté du Québec dans la région, se souvient de la surveillance accrue qu'il devait exercer autour de la résidence de celui qui était alors premier ministre du Québec.

Après son retrait de la vie politique, nous sommes nombreux à avoir croisé M. Parizeau dans les commerces de la région alors qu'il complétait ses emplettes en compagnie de sa conjointe Lisette Lapointe.

***

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a annoncé que Jacques Parizeau aura droit à des funérailles d'État, mais que celles-ci respecteront ses dernières volontés. Avant de décéder, M. Parizeau avait, semble-t-il, planifié lui-même ses propres funérailles. Même à l'automne de sa vie, il ne laissait rien au hasard. Ça en dit beaucoup sur l'homme.

Merci, Monsieur Parizeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer