L'influence de Pierre Paradis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Beaudoin
La Voix de l'Est

Confiné au silence et aux banquettes-arrières dans le gouvernement de Jean Charest, le député Pierre Paradis a repris son droit de parole sous Philippe Couillard. Et on peut dire qu'il l'utilise à bon escient!

On en a eu un bel exemple cette semaine.

Constatant que la situation ne pouvait plus perdurer, le député de Brome-Missisquoi a effectué une sortie remarquée où il a enjoint à son chef de mettre fin aux rumeurs et de dire clairement et rapidement s'il comptait remanier ou non son cabinet.

Coïncidence ou non, les déclarations semblent avoir précipité la suite des choses. Vingt-quatre heures plus tard, le ministre Yves Bolduc, qui était au centre de toutes ces rumeurs, annonçait qu'il quittait la vie politique. Quarante-huit heures après la sortie de Pierre Paradis, Philippe Couillard remaniait son cabinet.

La crise appréhendée au sein du gouvernement Couillard semble pour le moment endiguée.

Quel rôle Pierre Paradis a-t-il joué dans tout ça? On ne le saura probablement jamais, mais chose certaine, le ministre de l'Agriculture exerce une grande influence au sein de ce gouvernement.

Sa longue feuille de route et sa loyauté envers le Parti libéral du Québec, malgré les longues années où il était confiné au purgatoire, lui confèrent une bonne dose de crédibilité auprès de ses collègues ministres et députés. Et, manifestement, il a aussi la confiance et l'écoute du premier ministre.

Il convient de rappeler que Pierre Paradis a été un des premiers à accorder son appui à Philippe Couillard dans la course à la succession de Jean Charest comme chef du Parti libéral. Durant la dernière campagne électorale, le chef du PLC lui a même demandé à quelques reprises de le représenter dans certaines activités de sa circonscription de Roberval pendant qu'il poursuivait lui-même sa campagne nationale aux quatre coins du Québec.

Nul doute que le patriarche de la députation libérale (élu sans relâche dans son fief de Brome-Missisquoi depuis 1980) est passé de l'ombre à la lumière.

Dire que pour quelque rancoeur, Jean Charest s'est privé de ses qualités pendant toutes ces années...

Et le remaniement?

François Blais succède à Yves Bolduc comme titulaire de l'Éducation. Sam Hamad hérite du portefeuille de M. Blais, l'Emploi et la Solidarité sociale, en plus de conserver la responsabilité du Travail.

Quoi dire maintenant de ce remaniement du conseil des ministres à la suite du départ d'Yves Bolduc?

Pas grand-chose, sinon qu'il y a aujourd'hui un ministre en moins. Que Philippe Couillard se garde les coudées franches pour effectuer un remaniement plus important de son cabinet quelque part cet été.

Et que Pierre Paradis continuera d'y jouer un rôle important.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer