La santé à l'est plutôt qu'à l'ouest

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Beaudoin
La Voix de l'Est

Les deux Centres de santé et de services sociaux (CSSS) de notre région (La Pommeraie et Haute-Yamaska) doivent parler d'une seule voix et militer tous les deux pour leur rattachement à l'Estrie plutôt qu'avec la Montérégie.

Parce qu'il vaut mieux se rattacher à un territoire plus petit avec lequel nous avons beaucoup d'affinités que de se retrouver noyé au sein de la Montérégie et de ses 1,5 millions de personnes.

Les administrateurs du CSSS de La Pommeraie se sont montrés proactifs en déclarant publiquement (et rapidement) qu'ils prônaient leur rattachement au territoire de l'Estrie plutôt qu'à celui de la Montérégie.

En Haute-Yamaska on a tergiversé pendant un moment avant d'annoncer cette semaine que le conseil d'administration militait pour la création d'une nouvelle structure qui inclurait les CSSS Richelieu-Yamaska (Saint-Hyacinthe), Haut-Richelieu-Rouville (Saint-Jean), La Pommeraie (Cowansville) et Haute-Yamaska (Granby). Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est verrait alors le jour. Il s'agirait d'une 20e structure alors que 19 sont envisagées avec la réforme.

Ce scénario proposé est tout à fait honorable et relève de la logique tant du point de vue géographique que démographique. Mais on est loin de la coupe aux lèvres!

En effet, pourquoi octroyer un tel statut à ces quatre CSSS et pas à d'autres qui feraient une telle demande ailleurs au Québec? Selon quelle logique dirait-on oui au projet piloté par le CSSS de la Haute-Yamaska et non à un autre?

Alors que le CSSS de la Pommeraie a deux options qui pourraient lui convenir devant elle (rattachement à l'Estrie ou nouvelle structure avec les trois autres CSSS), le CSSS de la Haute-Yamaska semble jouer son va-tout avec sa proposition.

Car si certains évoquent la possibilité de trois structures en Montérégie (couvrant l'est, le centre et l'ouest), il n'en est nullement question dans le projet de loi 10.

Selon Jean-Marc Savoie, président du conseil d'administration du CSSS de la Haute-Yamaska, une affiliation naturelle unit la Haute-Yamaska à la Montérégie, plus qu'à l'Estrie. «Aller avec l'Estrie voudrait dire renégocier tous les corridors de service et les structures», justifiait-il plus tôt cette semaine à notre journaliste Isabel Authier. Or, vaut mieux renégocier et exercer une influence que de subir et crouler sous la force du nombre.

Avec les changements qui s'en viennent, les structures sont de toutes façons appelées à changer.

Quelle influence, quel impact aurait en effet le CSSS de la Haute-Yamaska au sein de la Montérégie? Bien moindre qu'à l'heure actuelle et bien moindre que dans un éventuel regroupement avec l'Estrie et le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS). Le président du conseil d'administration du CHUS, Jacques Fortier, a indiqué qu'il souhaite intégrer les territoires de la Pommeraie et de la Haute-Yamaska à la nouvelle structure intégrée du CHUS.

Que ce soit dans le secteur du tourisme, de la desserte policière de la SQ ou de l'éducation (Commission scolaire Eastern Townships), notre région a beaucoup en commun avec Sherbrooke et les environs. D'ailleurs, n'appelions-nous pas naguère Sherbrooke la «reine des Cantons-de-l'Est» et Granby la «princesse des Cantons-de-l'Est» ? Une importante population anglophone (connue sous le vocable des «Townshippers») habite d'ailleurs nos deux régions.

Le pire des scénarios serait bien entendu que La Pommeraie se retrouve à terme avec l'Estrie et que le CSSS de Haute-Yamaska soit regroupé avec la Montérégie, provoquant ainsi une scission de notre région.

En santé comme dans bien d'autres secteurs, notre région doit regarder à l'est plutôt qu'à l'ouest.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer