Un exemple concret

Le candidat à la mairie de Granby Yves... (archives Associated Press)

Agrandir

Le candidat à la mairie de Granby Yves Bélanger se dit favorable au développement des pistes multifonctionnelles.

archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Vous avez raison Monsieur Bilodeau, rien de mieux qu'un cas réel pour expliquer l'application d'un concept. Pour faire suite à votre commentaire du 19 août dernier, voici ce que serait mon approche dans le dossier des pistes multifonctionnelles.

D'abord, sachez que je suis favorable au développement des pistes multifonctionnelles. Ce dossier est intéressant, car il touche plein de gens. Dans un premier temps, j'annoncerais aux citoyens l'intention de leur conseil municipal de développer des pistes multifonctionnelles dans la ville. Transparence oblige.

Dans un second temps, je lancerais l'invitation à toute la population pour débattre de ce sujet et définir une vision commune à ce projet. Par une telle approche, je souhaite que les citoyens s'approprient l'idée et nourrissent le conseil municipal de leurs opinions. C'est le moment d'entendre les pour et les contre et de prendre note de ce que les citoyens suggèrent. À cette étape, on discute surtout du « pourquoi » du projet et on prend le temps nécessaire pour expliquer les avantages et les inconvénients du projet. Il n'y a pas de projet parfait, mais il y a des démarches constructives qui aboutissent­ à de meilleurs projets.

Une fois la vision établie (elle ne fera possiblement pas l'affaire de tous), les citoyens seraient par la suite invités à discuter du « comment » on réalise ce projet. Il est alors question des parcours, des modalités de construction, du type de piste, de sa largeur, de la signalisation, des coûts, etc. Ici, il s'agit d'une approche de collaboration entre la population, les élus et les fonctionnaires municipaux impliqués au dossier. Dans ces échanges, nous retrouverons sûrement des résistances. C'est le moment de rappeler l'aspect collectif du projet ainsi que les critères normalement discutés préalablement à l'étape du « pourquoi ». 

À toutes les étapes, les citoyens sont informés, consultés et impliqués. Le projet avance et prend forme. Lorsque vient le temps de faire les travaux d'aménagement sur une rue, un comité de citoyens serait formé pour revoir les plans, commenter les ajustements et s'assurer de la mise en place du projet tel que convenu.

Certains diront que les citoyens ne sont pas intéressés à s'impliquer d'une telle façon. Pour ma part, j'ai la croyance inverse. Ils sont si nombreux à monter aux barricades pour s'opposer à un projet qu'on leur impose. À ceux qui diront que cette approche alourdit le processus et retarde les décisions du conseil municipal, je rétorque, comme le dit un certain proverbe, que seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin.

En terminant, je vous rappelle que le respect des citoyens envers les élus et leurs concitoyens vient avec la qualité de l'écoute qu'on leur offre et le leadership qu'on exerce. Pour moi, écouter les citoyens c'est bien, mais pas suffisant. Il faut surtout donner suite (même si la réponse est négative) à leurs demandes, leurs commentaires, leurs opinions et leurs critiques.

Impliquer les citoyens, c'est les responsabiliser. 

Yves Bélanger

Candidat à la mairie de Granby




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer