Visage découvert dans l'espace public

Des manifestations ont eu lieues le 20 août... (archives Le Soleil)

Agrandir

Des manifestations ont eu lieues le 20 août à Québec.

archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

On parle beaucoup de visage découvert dans l'espace public ces temps-ci avec le projet de loi 62 présenté par le gouvernement Couillard. On en a parlé beaucoup aussi au temps du débat sur la Charte des valeurs proposée par le Parti québécois. Et avant aussi, au temps de la commission Bouchard-Taylor.

Parallèlement à tous ces débats qui n'ont pas encore abouti à un consensus, on assiste depuis longtemps aussi à des manifestations de toutes sortes pour des causes qui n'ont rien à voir avec les religions. Ces manifestations donnent souvent lieu à du grabuge causé par des provocateurs qui se cachent derrière des masques ou des foulards pour qu'on ne les reconnaisse pas. Quel courage!

Cela aboutit à des actes de violence alors que, comme la fin de semaine dernière à Québec, les gens auraient pu exprimer leur position de manière libre et démocratique. S'il y a eu violence, ce n'est pas à cause de la polarisation d'opinions extrêmes, mais parce que des casseurs ont rapidement fait déraper les choses.

Y a-t-il des opinions dangereuses chez les adhérents au groupe La Meute? Sans doute. Les gens qui sont inquiets de l'entrée illégale de milliers d'Haïtiens au Québec sont-ils tous des extrémistes? Sans doute pas. Les gens qui choisissent de participer à une manifestation organisée par La Meute pour exprimer leur inconfort et leur inquiétude ont-ils fait le bon choix? Peut-être pas. Mais cela n'en fait pas sans nuance de dangereux extrémistes qu'il faut condamner.

Le type de dérapage qui s'est produit à Québec affaiblit notre société dite de droit et encourage les citoyens dans l'opinion que non seulement on ne les écoute pas vraiment, mais qu'en plus on veut les empêcher de même s'exprimer publiquement. 

Par-delà les questions de religion et de laïcité, les politiciens doivent agir pour mettre fin à ces dérives, car ce sont eux qui votent les lois : quand, dans l'espace public, les manifestants qui ne sont pas à visage découvert seront-ils considérés d'emblée comme illégaux et seront-ils automatiquement arrêtés?

Les anarchistes clameront qu'ils ont bien raison et que tout État est oppressif. Pendant leurs larmoiements qui ne seront pas dus au poivre de Cayenne qu'ils obligent les policiers à utiliser, les citoyens qui désirent manifester calmement pourront le faire en toute civilité comme une société démocratique devrait permettre de le faire. 

Daniel Faucher

Eastman




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer