Une commission scolaire qui se fout de la relève

En 8 ans de fréquentation de mes enfants (5) aux écoles Sainte-Marie et... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

En 8 ans de fréquentation de mes enfants (5) aux écoles Sainte-Marie et Saint-Eugène, aujourd'hui appelées école du Phénix, nous avons eu droit à seulement 8 directions différentes ! Est-ce normal ? NON !

Nos chers commissaires savent très bien que cette école est située dans un milieu défavorisé, ce qui exige beaucoup de la part des directions qui ont pris la barre de ces écoles. L'an dernier, la commission scolaire avait donné son appui entier, supposément, à l'excellente direction de M. Stéphan Campbell et Mme Julie Guillemette qui a réussi à donner une structure à son équipe-école et, par le fait même, cette direction a redonné confiance aux parents du secteur. Félicitations à cette belle équipe ! Ceci clôt l'année 2016-2017.

En ce qui a trait à 2017-2018, les choses se corsent. Notre chère commission scolaire désire faire des économies de bouts de chandelle ! Selon les ratios proposés par un calcul supposément scientifique de notre directeur général, M. Éric Racine, notre école n'aurait besoin que d'une direction amputée à 180 %, soit M. Campbell à 100 % et 80 % pour Mme Julie Guillemette. Avec les besoins du milieu, cette direction n'arrivera pas à faire et mener à terme tous les projets, plans d'intervention, suivis téléphoniques et de courriels et soutien à son équipe-école. Je n'ai jamais été en situation de direction, mais je sais que j'oublie certainement une multitude de tâches.

Parlons de chiffres. Vingt pour cent d'un poste de direction équivaut à 16 000 $ sur un budget 168 000 000 $ pour notre commission scolaire. Pour ma part, ce sont des économies de bouts de chandelle. (...)

Avons-nous les moyens d'hypothéquer le futur de nos enfants parce que nos commissaires ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et, en plus, ne respectent pas un engagement (appui entier à la direction actuelle) offert l'an dernier ?

Nous sommes bénis d'avoir une direction qui respecte suffisamment ses élèves, ses parents et son équipe-école pour entreprendre, malgré cette coupure, une autre année à la direction. Cependant, ce n'est pas en diminuant le pourcentage de temps accordé à la direction que la commission scolaire incitera ces derniers à y demeurer ! Le simple soutien, entier, de la CSVDC aurait été une belle marque de reconnaissance pour ce qui a été accompli en 2016-2017. J'invite la population de ces écoles à manifester leur mécontentement de façon plus éloquente afin que nos commissaires cessent de jouer à l'autruche et pensent plus intensément au futur de nos enfants, sécurisent l'équipe-école, apportent une tranquillité d'esprit à notre excellente direction et assurent ainsi le bien-être de nos enfants, de notre relève.

Louis Arès

Granby




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer