Libre de rêver

Le problème ne se situe pas au niveau... (Associated Press)

Agrandir

Le problème ne se situe pas au niveau de la validité des projets, que ce soit le canard du lac Boivin ou un autre. Le problème est le financement public de ces projets, estime Denny O'Breham.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Tout comme vous, je suis depuis quelque temps la discussion publique entre MM. Serge Dion et Émile Roberge concernant le canard géant du lac Boivin.

Il est clair que l'idée ne plaît pas à l'un ou l'autre. Mais comme la pécheresse du roman La lettre écarlate - qui fut condamnée par la société à porter sur la poitrine la lettre A pour « adultère » -, on craint d'être étiquetées comme étant des personnes négatives. Alors on dit son opinion du bout des lèvres ou on laisse planer le doute sur la validité de son opinion en disant « je ne juge pas, j'interroge » ou « donnons la chance au coureur ».

Ceci est le résultat direct du genre de traitement réservé par nos élus à des citoyens tels que M. Richard Dubé qui se fait dire « vous êtes toujours contre tout », un argument digne d'un intimidateur puéril, qui attaque la personne plutôt que l'opinion elle-même. MM. Dion et Roberge, éternels jovialistes, craignent maintenant d'être bien malgré eux dans le même train que M. Dubé. Et cette crainte est justifiée.

Malheureusement, le problème ne se situe pas au niveau de la validité des projets, que ce soit le canard du lac Boivin ou un autre. Le problème est le financement public de ces projets. Dans une lettre publiée dans La Voix de l'Est du 10 juillet 2017, M. Michel Bilodeau, qui se présentera aux prochaines élections de Bromont, donnait sa vision de Bromont en disant entre autres : « Une ville qui administre rigoureusement, mais qui sait encore rêver ».

Et c'est là que les problèmes commencent. Les citoyens doivent rêver et donc doivent avoir la liberté de le faire. Or, ce sont désormais les élus qui s'emparent du devoir de rêver, quelquefois accompagné de règlements restreignant la liberté d'action des citoyens, prétextant le faire au nom de tous les citoyens. Les citoyens perdent alors leur argent et leur liberté pour réaliser leurs propres rêves, contraints de s'abandonner à ceux de leurs élus. L'entrepreneuriat se meurt.

Les membres du conseil n'ont pas à rêver pour les citoyens. Ils doivent seulement donner la liberté aux citoyens de réaliser leurs rêves. Ils doivent leur donner la liberté, mais pas les moyens. Trouver les moyens, surtout pour les mégaprojets, est la façon de mesurer la validité des rêves pour la communauté. Les seuls rêves que les élus peuvent entretenir pour leur communauté sont ceux ayant rapport avec l'administration de la municipalité directement comme, par exemple, le zonage ou la sécurité publique.

En ce qui concerne le commerce, le tourisme, les sports, la culture et les loisirs, les gens sont capables de rêver et de s'organiser tout seuls. La cantine Chez Ben, le Verger Champêtre, le complexe Artopex, le centre de hockey balle Pile ou face, le golf Les Cèdres, le théâtre de l'Ancien presbytère ou les Voitures anciennes de Granby, sont quelques exemples de réussite - à Granby seulement -, et ce, malgré que la municipalité finance souvent des compétiteurs avec l'argent des taxes. En fait, leurs compétiteurs sont souvent peu menaçants lorsqu'ils sont entièrement gérés par la municipalité, puisqu'il n'y a aucun rendement qui leur est exigé. Ils constituent alors seulement un gaspillage de fonds publics et, par le fait même, sont source de déception et de découragement pour la population en général.

Bref, si une personne ou un groupe rêve d'installer un canard géant sur le lac Boivin, peu importe la raison, qu'il trouve lui-même le financement et les appuis nécessaires, qu'il demande la permission au conseil de ville d'utiliser temporairement un lieu public (le seul devoir du conseil). Alors même ceux qui ne seront pas touchés par le geste ne se sentiront pas victimes d'un complot ourdi contre eux.

Denny O'Breham

Granby




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer