Il faut en faire plus pour protéger l'eau potable

Les résidents de Granby apprécieraient grandement que la... (archives La Presse)

Agrandir

Les résidents de Granby apprécieraient grandement que la Ville fasse le maximum pour protéger, avec force de loi, leur eau potable, et cela à la grandeur de notre territoire, estime Mme Kane.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Je remercie Michel Laliberté pour l'article informatif de la semaine dernière au sujet du Front commun sur la protection de l'eau potable. Je suis très contente de voir des municipalités de notre MRC se lever pour prendre position et participer au Front commun de plus de 300 municipalités­ du Québec.

Je veux souligner que même si la Ville de Granby a décidé, jusque là, d'adopter une résolution, cela n'empêche aucunement la Ville d'adopter un règlement de rayon de protection pour notre eau potable. Les municipalités sont encadrées au niveau juridique par des règlements, alors ils ont force de loi.

Au conseil municipal du lundi 1er mai, M. Jean-Luc Nappert, conseiller municipal du quartier 2, nous a appris qu'il y a 13 000 puits dans la région de Granby. Je soupçonne que les résidents de Granby apprécieraient grandement que la Ville fasse le maximum pour protéger, avec force de loi, leur eau potable, et cela à la grandeur de notre territoire.

Inutile de vous dire que plus les municipalités seront nombreuses, plus la pression du Front commun sera forte. Participer au Front commun, en adoptant le règlement de rayon de protection avec plus de 300 autres municipalités du Québec, c'est plus que protéger nos propres sources d'eau. Prendre notre place au sein du Front commun, c'est aussi tendre la main à Lotbinière-­Bécancour, Gaspé, Anticosti... en solidarité. Ces municipalités sont menacées actuellement par des activités de fracturation hydraulique.

La MRC de la Haute-Yamaska démontre un dynamisme remarquable en étant la seule MRC du Québec à avoir son propre Plan directeur de l'eau, plan qui en est même rendu à sa deuxième version couvrant les années 2017 à 2021. Cela était rendu public le 5 avril dernier et je constate qu'il va y avoir consultation publique sur le projet à la fin du mois.

Le 4 mai dernier, l'Union des Municipalités du Québec a adopté la résolution Bleu Terre et protège ainsi le droit de chaque citoyenne et citoyen québécois de respirer de l'air pur, de boire de l'eau propre, de manger des aliments sains et de vivre dans des conditions climatiques stables.

Me Richard Langelier (juriste, sociologue et conférencier bien connu au Québec) a précisé la semaine passée que, oui, la liste officielle du Front commun sera envoyée au Ministère le 15 mai, mais il va y avoir un deuxième envoi au mois de juin. Ce sont les dernières heures...

Je vous demande, M. Bonin, de faire un pas de plus et saisir l'opportunité de communiquer avec M. Langelier pour explorer la possibilité d'ajouter la ville de Granby sur la liste des municipalités qui font Front commun ensemble et faire le maximum en adoptant le règlement de rayon de protection pour protéger notre eau potable vulnérable et démontrer notre solidarité au peuple du Québec.

Donna Kane

Granby




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer