Le recours aux missiles de croisière en Syrie n'est pas une solution

Quelque 60 missiles Tomahawk ont été tirés à... (Associated Press)

Agrandir

Quelque 60 missiles Tomahawk ont été tirés à partir de navires de guerre américains en Syrie.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Quelle tristesse d'apprendre que le président syrien Bachar Al Assad a utilisé des armes chimiques contre une partie de son peuple !

Quelle tristesse d'apprendre que le président américain Donald Trump a donné l'ordre de bombarder une région de la Syrie soi-disant en guise de représailles ! 

Quelle tristesse d'apprendre que nos premiers ministres du Canada et du Québec ont approuvé ces frappes militaires.  

Après toutes les leçons reçues à travers l'histoire, existe-t-il encore quelqu'un sur Terre qui peut croire qu'une paix véritable entre les personnes ou entre les peuples peut s'obtenir par la violence ? Que devrait-on faire, me direz-vous, dans une situation comportant autant de tensions ? Se rencontrer. S'appeler. Se parler. Dialoguer avec courage entre les parties concernées. En fait, prendre tous les moyens (médiation, diplomatie, arbitrage international) pour qu'une rencontre au sommet ait lieu entre les représentants des pays touchés par le conflit.  

J'aurais aimé entendre que le président américain avait tenté de rejoindre avec fermeté et à plusieurs reprises le président syrien afin de discuter de la situation. J'ai plutôt entendu que Donald Trump a appelé une heure avant le lancement des missiles de croisière Tomahawk certains chefs de pays afin de légitimer sa décision unilatérale d'intervenir militairement.

Cette décision semble davantage motivée par le désir de démontrer au monde entier l'énorme pouvoir que possède le président américain que par une volonté ferme de participer à l'établissement de la paix dans le monde. 

J'ai la nette impression que cette décision américaine de bombarder une région de la Syrie ne contribuera d'aucune manière à résoudre le conflit en ce pays, bien au contraire. L'utilisation des armes est toujours l'expression d'un cuisant échec de la part des puissants de ce monde afin de dénouer les conflits qui surgissent dans le monde. L'utilisation des armes est loin d'être l'expression de la force, mais plutôt d'une faiblesse flagrante des personnes en autorité à recourir aux moyens appropriés afin de parvenir à un règlement satisfaisant entre les parties concernées.

Laisser croire le contraire est un mensonge honteux. Le seul moyen efficace et donc la seule solution adéquate pour résoudre de tels conflits et ainsi vaincre la haine, c'est patiemment de faire aux autres ce que l'on aimerait que les autres fassent pour nous. Cette solution peut même inclure le pardon. Sans doute cette solution pourra apparaître simpliste pour certains, pourtant c'est celle qui assure dans les faits la protection de la dignité autant de soi que celle des autres.  

En ce début de Semaine sainte, le Christ nous indique la voie à suivre. Accepterons-nous de nous y engager ? 

Claude Lamoureux, prêtre 

Granby




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer