Un geste de dignité nationale

La Confédération canadienne célébrera officiellement son 150e anniversaire le 1er juillet... (archives La Presse)

Agrandir

La Confédération canadienne célébrera officiellement son 150e anniversaire le 1er juillet prochain.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Chère Assemblée nationale,
Bientôt, le 1er juillet, ce sera officiellement l'anniversaire du 150e de la Confédération canadienne. À ce jour, rien n'a été voté à l'Assemblée et, surtout, à l'unanimité pour souligner cet événement dans l'optique de nos intérêts nationaux. La question qui se pose et que je vous pose chers députés (es) est la suivante : êtes-vous en train politiquement d'inscrire dans l'histoire une démission définitive pour faire reconnaître notre parcours historique comme nation au sein du Canada ?

Ou, dit autrement : êtes-vous en train de cesser de pousser sur ce mur de Berlin constitutionnel qui, en 1982, a séparé notre identité, sans notre consentement, pour garder à l'intérieur du Canada le Québec en tant que province, mais laisser en dehors de celui-ci par ce mur ignoble ce que nous sommes comme nation, et fondatrice, de surcroît, de ce Canada qu'on s'apprête à fêter ? 

En effet, le Parti libéral et donc notre gouvernement a, à ce jour, apparemment renoncé à saisir l'opportunité du 150e pour demander formellement une réouverture de la Constitution afin d'y réunir le Québec-province et le Québec-nation. Nulle intention en ce sens, sous forme de motion ou autrement, n'est venue non plus de la part du Parti québécois ou de Québec solidaire, ces partis se contentant de véhiculer l'idée que le fédéralisme est définitivement irréformable et que la seule solution est d'en sortir. Pour ce qui est de la CAQ, et ce, depuis le 9 novembre dernier, son chef François Legault se contente de se dire nationaliste et en même temps fier Canadien et fédéraliste attendant une hypothétique prise de pouvoir pour simplement demander, mais après le grand party canadien du 150e, et sans aucun rapport de force, des pouvoirs accrus pour le Québec. 

Bref, notre Assemblée nationale au complet, et je sais bien que c'est pour des raisons étroitement partisanes et électoralistes, se tient dans une position de repli, d'abandon, voire de démission nationale. Pourquoi et où cela nous mène-t-il ? (...)

Pourquoi nous, nation québécoise, et chacun d'entre nous, devrions-nous abandonner devant ce mur constitutionnel qui nous a été imposé en 1982 ? Comme citoyen, je trouve notre attitude politique actuelle complètement inacceptable et parfaitement indigne. 

Au nom de cette dignité et au nom de toute la population du Québec, je vous demande, à titre de simple citoyen, chers députés (es) de profiter du 150e pour formuler, dans les plus brefs délais et à l'unanimité, une demande d'ouverture de la Constitution canadienne pour y inscrire la nation québécoise sous la forme qui suit, avec modifications ou ajouts, si nécessaire et ce, peu importe le résultat au final, parce qu'un tel geste, au départ, serait déjà gagnant au niveau de l'honneur et du respect que nous nous devons à nous-mêmes comme Québécois, toutes origines confondues. 

DÉCLARATION D'IDENTITÉ DU PEUPLE QUÉBÉCOIS

 « Depuis plus de 400 ans, à force d'espérance et de persévérance, le Québec, en plus de fonder le Canada, s'est imposé au monde, non seulement comme une terre de paix et d'accueil, mais aussi de créativité et de productivité.

 Dans nos coeurs et nos vies, depuis très longtemps, c'est la terre de chez nous et la langue française qui nous lient tous et toutes, et nous lieront toujours... nous, gens du pays, dans ce vaste Canada de toutes les audaces et de toutes les ouvertures. 

 Et par-dessus tout, c'est la liberté qui nourrit nos actions, la fidélité, nos souvenirs, et le partage, notre avenir que nous voulons, par la présente, retisser avec le peuple canadien. 

Ce triple trésor de valeurs communes auquel s'ajoutent la richesse de nos valeurs fondamentales, en particulier, l'égalité de l'homme et de la femme, la laïcité à notre manière... et la neutralité de l'État, nous obligent comme peuple, d'une rare humanité, tellement plein d'humour et, qui aime bien manger..., à défendre et à accroître, autant que nécessaire, les pouvoirs qui protègent et favorisent notre singularité d'abord chez nous au Canada, mais aussi en Amérique du Nord et dans le monde entier. 

Prenant à témoin la Constitution canadienne, par la présente déclaration, premiers (Amérindiens), anciens (francophones et anglophones) et plus récents habitants du Québec, nous nous unissons à nouveau, aujourd'hui et pour demain, afin de développer et faire fructifier cet héritage. 

Ainsi, peuple du Québec, par la présente déclaration d'identité, nous nous voulons, fédérateurs, mais aussi reconnaissants envers le Canada de consentir pour nous, avec les outils financiers appropriés, des pouvoirs souverains additionnels et exclusifs, en matière de langue, de culture et d'immigration. »

Note : Une telle demande, ainsi formulée noblement de votre part à titre d'Assemblée nationale, serait aussi une réponse à The Story of us, la série actuellement présentée à CBC/Radio-Canada qui adopte une approche chic pour les Anglais, mais chiche pour les Amérindiens et les Français de notre histoire commune. 

Merci !

Denis Forcier

Shefford




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer