En réponse à Claude Lamoureux

Bonjour Monsieur Lamoureux. Je viens de lire dans notre quotidien, La Voix... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Bonjour Monsieur Lamoureux. Je viens de lire dans notre quotidien, La Voix de l'Est, du 10 février dernier, à la rubrique La voix des lecteurs, votre commentaire qui a pour titre : « Entre ombres et lumières ».

Vous nous parlez, entre autres, de la folie meurtrière d'un jeune homme de Québec contre une communauté de « notre cher Québec ». Vous vous posez la question suivante : « Comment expliquer l'existence au sein de notre peuple d'autant de manifestations de souffrances ? Telles que : nous avons un des plus hauts taux de suicide au monde ; nous sommes un des plus grands consommateurs d'antidépresseurs ; nous avons un des plus hauts taux d'avortement au monde ; nous avons un des plus hauts taux de divorces, etc. ». 

Vous nous suggérez des solutions, entre autres, comme : retrouver le sens de l'engagement responsable envers les autres, cesser de rechercher le bonheur dans la consommation effrénée, expérimenter l'authentique bonheur du partage etc.

Nous avons sensiblement le même répertoire, pour ma part ça se résume à « l'Amour du prochain » ! Quand on choisit les valeurs comme l'empathie, le respect, la confiance en l'autre, la tolérance, la coopération, non seulement cela change les relations interpersonnelles, mais cela a aussi un impact sur la société. Dans sa globalité, l'amour, c'est être bon pour son prochain !

Le philosophe François Housset a dit ceci : « L'Amour du prochain ne choisit pas qui aimer, il aime toute l'humanité. Quand il fait du bien à un homme en particulier, c'est au nom de son amour pour tous les hommes ». 

Le sage des temps modernes, Boucar Diouf, ce Québécois à certaines occasions plus Québécois que des Québécois pure laine, a une philosophie de la vie qui est extrêmement touchante par sa vérité et sa simplicité et son humanité, surtout lorsque qu'il nous parle de « Tendre la main au voisin ». !

Monsieur Lamoureux, vous avez un nom de famille qui inspire à la réflexion durant cette semaine de l'Amour et je souhaite que « l'Amour du prochain » soit une valeur humaine de plus en plus répandue à travers le monde !

Humainement et solidairement vôtre,

Serge Dion

Granby




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer