La rémunération des politiciens

L'auteur de cette lettre, Denny O'Breham... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'auteur de cette lettre, Denny O'Breham

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les politiciens ne devraient pas recevoir de salaire. Faire de la politique, c'est donner de son temps pour la gestion des biens communs. (...)

Jusqu'à tout récemment, c'était vrai. Mais notre démocratie est malade et nous la pervertissons chaque jour de plus en plus. Définir les politiciens comme des salariés est un des problèmes.

Un gouvernement est censé représenter un système de valeurs. Pour mesurer l'importance que nous accordons à ces valeurs, les citoyens doivent donner à la société. Les actions qu'ils posent définissent les valeurs qui leur sont chères.

Mais les citoyens ne donnent plus à la société, ils demandent - que dis-je ? - ils exigent. Les citoyens ne se donnent plus l'obligation de faire le bien, ils veulent une loi exigeant que leurs voisins fassent le bien ; du moins, ce qu'eux définissent comme étant le bien. Comme par hasard, leur définition du bien est toujours quelque chose qui les avantage (...) Alors nous élisons des politiciens de qui nous exigeons. Des politiciens qui devraient recevoir au nom de la communauté et gérer ce qu'ils ont reçu. Voilà qu'ils doivent maintenant prendre des décisions qui ne feront jamais l'unanimité, comme par exemple, combien de poules peut posséder un citoyen  (...) Peu importe la décision, elle pourra être renversée par le prochain gouvernement en un claquement de doigts.

Ce genre de décision n'appartient pas aux politiciens, mais à chacun des citoyens. Les citoyens peuvent soit faire quelque chose sur leur propriété privée ou donner du temps, des biens ou de l'argent pour faire quelque chose sur une propriété publique.

Qu'en est-il des conflits que cela pourrait causer lorsqu'ils sont sur leur propriété privée ? Ce sont des chicanes de voisins et il y a le Code civil pour gérer tout ça. L'avantage du système de justice, c'est qu'il règle ces questions cas par cas. (...)Les politiciens se sentent désormais responsables du sort de l'humanité. Ils passent un nombre d'heures insensé à chercher des solutions à des problèmes qu'ils ne seront jamais capables de régler. Toutes ces responsabilités demandent désormais un dédommagement. Particulièrement sachant qu'ils devront subir les foudres des insatisfaits qui seront toujours présents.

Mais, maintenant que le sort de leurs propres familles dépend de ce salaire, travaillent-ils pour garder ce salaire ou pour le bien de la communauté ? En effet, il devient facile de créer des questions conflictuelles pour lesquelles ces mêmes politiciens seront payés pour « étudier » la question. Ironiquement, ils sont même payés pour évaluer leur propre salaire. Si ce n'était que du salaire des politiciens, ce ne serait pas trop dommageable, mais les solutions inutiles qu'ils apportent - et les problèmes qui en résultent - sont les plus dures sur notre portefeuille.

Il faut que nous cessions tous d'exiger des autres et plutôt nous demander ce que nous voulons donner à notre communauté.

La politique n'est pas une carrière, c'est une petite portion de temps qu'une personne donne à la société. Si elle en retire un avantage personnel autre que la reconnaissance de ses semblables, alors nous ne saurons jamais pour qui elle travaille vraiment. Si une personne met sa vie de côté pour gérer la communauté, alors c'est un trop gros sacrifice et il serait insensé que la communauté ait de telles exigences envers ses élus, car il n'existe pas tant de saints parmi nous.

Denny O'Breham

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer