Démocratie: miroir de la civilisation

L'élection de Donald Trump rappelle que seuls les... (Agence France-Presse)

Agrandir

L'élection de Donald Trump rappelle que seuls les processus démocratiques comme les élections sont en mesure de révéler l'état réel et bien réel de notre civilisation.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

L'élection de Donald Trump semble avoir causé un tremblement de terre, mais attention, de même que le raz-de-marée silencieux qui l'a porté au pouvoir a été indétectable, de même le contentement de la majorité silencieuse sera probablement aussi imperceptible.

Cette élection rappelle que seuls les processus démocratiques comme les élections sont en mesure de révéler l'état réel et bien réel de notre civilisation ; le résultat de l'élection américaine 2016 est un excellent exemple d'autopsie de la civilisation néolibérale qui domine la planète et qui continue à appauvrir la classe moyenne pour enrichir le 1 %. Les apôtres du néolibéralisme doivent certainement chanter et danser, ils ont réussi à créer de toutes pièces le chaos qui a conduit au raz-de-marée « trumpiste ».

Contrairement aux illusions que les nouvelles technologies nous font miroiter concernant la rapidité invraisemblable des opérations, l'évolution de la conscience humaine est non seulement extrêmement lente, mais chaque pas en avant est accompagné de grandes souffrances humaines. Les accouchements sont toujours pénibles, mais heureusement, les retours en arrière sont impossibles. C'est probablement là que se situe notre espérance.

Les gens qui ont étudié les grandes étapes de l'évolution, c'est-à-dire les passages de la matière à la vie et les passages de la vie à la conscience humaine ont toujours été habités par une espérance basée sur la constatation suivante : les reculs sont apparents, ce qui semble être un effondrement donne toujours naissance à un monde plus évolué. Rien, absolument rien n'arrête la force de l'évolution.

Il y a toujours eu une forte résistance aux différents changements qui permettent d'ouvrir la porte au progrès et à de nouvelles perspectives. Cette résistance se manifeste souvent par l'indifférence et l'absence d'empathie envers les personnes victimes d'injustices et elles sont nombreuses : les familles démunies, les personnes migrantes, les groupes ostracisés, les femmes victimes de doubles standards, etc. Les réactions des opposants qui veulent maintenir le statu quo se manifestent par des propos remplis de préjugés et parfois par des actes violents issus d'une colère aveugle. Ce qu'ils appellent « les valeurs conservatrices » sont la plupart du temps des propositions réactionnaires et totalement contraires aux valeurs humanistes.

Sur la plupart des continents, nous constatons depuis quelques années une montée fulgurante de la droite politique, économique, environnementale et religieuse. Ces courants sont d'abord alimentés par une économie néolibérale qui s'impose sournoisement et sur laquelle personne ne semble avoir de contrôle.

Toutes les formes de déréglementation et de privatisation secrète ajoutées aux multiples malversations telles les fraudes et la corruption ne font qu'attiser le sentiment d'impuissance des citoyens et celle-ci se transforme en cynisme et en colère. Les démagogues de droite ont toujours su exploiter habilement ces tristes sentiments pour vendre leurs solutions radicales et simplistes et ainsi conduire l'Humanité au bord du gouffre. 

L'opposition à cette économie néolibérale n'est possible que par de vastes campagnes de sensibilisation et d'information, ce que l'on appelle « l'éducation populaire ». Il est vrai que nous sommes inondés de reportages écrits et audiovisuels, mais notre capacité d'analyse et notre sens critique ne sont pas suffisamment affûtés et nos engagements manquent trop souvent de détermination et de persévérance.

De plus, le manque d'intérêt pour la chose publique, le nombre encore très réduit de diplômés collégiaux et universitaires ajoutés à la difficulté de lire un simple petit texte compliquent encore davantage la situation. Plus les citoyens vivent loin des très grands centres urbains où bouillonnent les activités culturelles et politiques, plus il devient difficile pour eux de suivre le rythme et l'évolution des grands débats présents au sein de la société.

Et au fur et à mesure que le temps passe, le nombre de ghettos archi conservateurs se multiplie. De là vient cette scission entre la droite et la gauche, scission qui devient de plus en plus visible, radicale et source de grands conflits sociaux. Pendant ce temps, les injustices sociales stagnent et pourrissent la vie des petites gens. Ce qui devait être le rêve américain deviendra-t-il le cauchemar américain ?

André Beauregard

Shefford 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer