Les aires protégées ne sont pas des pertes

Les paiements annuels de l'emprunt de 10 ans effectué... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les paiements annuels de l'emprunt de 10 ans effectué par la Ville de Granby pour acheter les boisés Miner représentent environ 1 % d'augmentation du compte de taxes pour les Granbyens, souligne l'ancien candidat à la mairie Denny O'Breham.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Je suis resté sans voix jeudi en lisant les commentaires des maires de Sutton, Frelighsburg et Saint-Armand ainsi que du DG de la MRC Brome-Missisquoi, qui veulent être compensés pour les pertes de revenu de taxes des aires protégées.

Une aire protégée n'est pas une perte pour une municipalité. Il est difficile de prédire l'effet sur les évaluations des terrains avoisinants, mais elles ne baisseront certainement pas. Au contraire, telles les évaluations des terrains situés aux abords de nos lacs, j'estime qu'elles augmenteront significativement dans le futur. De quoi faire oublier les maigres pertes d'aujourd'hui.

Lorsque le maire de Sutton nous parle d'une perte annuelle de 50 000 $, est-il en train de rire de nous? Cela équivaut à augmenter le compte de taxes de Sutton d'environ un 0,5 %. De plus, en comparant la richesse foncière par habitant, Sutton est parmi les plus riches du Québec.

Sa population est environ 3 fois plus riche que celle de Granby, 3,5 fois plus riche que celle de Waterloo. Elle est même plus riche que celle de Bromont, qui possède un parc industriel disproportionné pour sa population.

À Granby, nous avons acheté un boisé pour le protéger. Les paiements annuels de l'emprunt de 10 ans représentent environ1 % d'augmentation du compte de taxes pour les Granbyens, et on ne parle pas des pertes de taxes et des coûts d'entretien.

C'était un geste sans vision de la part du conseil de l'époque de payer pour ces terres - une façon de s'attribuer le mérite avec l'argent des contribuables - alors que l'on sait aujourd'hui que les citoyens sont suffisamment généreux, conscientisés et impliqués pour en faire don. Ne me parlez pas du fait que nous avons fait de l'argent avec la vente des terrains résidentiels. Une fois que les aménagements des carrefours giratoires et autres seront faits pour les desservir, il ne restera plus rien du montant de la vente de ces terrains.

Malgré qu'une telle facture n'ait tué personne, je ne veux pas en plus payer celles de mes voisins plus riches, qui ont déjà un coût deux fois moindre à assumer pour protéger un territoire beaucoup, beaucoup, plus grand que celle du boisé Miner.

Pour en rajouter, le maire de Saint-Armand se plaint que cela freinera le développement. Le but de telles initiatives est de freiner le développement SAUVAGE. Nous sommes au 21e siècle et nous nous devons de planifier un développement intelligent qui saura respecter notre environnement.

Cela signifie la création de nouveaux plans, de nouvelles façons de faire. Si les dirigeants actuels de nos municipalités ne sont pas capables de voir ces nouveaux défis à relever avec enthousiasme, peut-être devraient-ils songer à changer de carrière?

Rester assis en se plaignant, sans vouloir changer ses habitudes et en espérant que le gouvernement vous versera une rente... Messieurs, quelle honte!

 

Denny O'Breham

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer