Le trou de beigne

Alexandre Cloutier... (Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil)

Agrandir

Alexandre Cloutier

Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Incroyable! Alexandre Cloutier, le meneur dans les sondages, propose, s'il est élu chef du Parti québécois, d'adopter la proposition Bouchard-Taylor en matière de laïcité. En fait, la laïcité se résumerait à interdire les signes religieux ostentatoires aux juges, procureurs et policiers, alors que pour ces quelques personnes, aucune problématique en lien avec ces signes n'est connue pour l'instant.

En fait, Cloutier propose aux Québécois d'adopter un régime de laïcité pour régler un problème qui n'existe pas. C'est complètement vide de sens. Ceci après deux ans et plus d'un débat que son parti disait important pour mieux définir l'identité québécoise.

En effet, le Parti québécois et Bernard Drainville, en particulier, avec son projet de loi 60 ont monopolisé les médias et fait une commission parlementaire pour proposer aux Québécois un régime de laïcité à la française et universelle, donc s'appliquant à toutes les institutions publiques. Ce qui était approuvé par au moins 60% des Québécois et aussi, faut-il le dire, décrié par les groupes religieux appuyés fortement par les chartistes et multiculturalistes bien connus. Puis, en plein débat, est arrivée la défaite électorale du 7 avril 2014 faisant s'écrouler tout le projet de laïcité, en laissant apparaître de multiples dissensions à son sujet, en particulier celles de Jean-François Lisée et d'Alexandre Cloutier.

Et aujourd'hui, pour clore le débat, on a cette proposition de Cloutier. En fait, ce parti, après avoir fait saliver les Québécois sur cette question de la laïcité, ne leur offrirait finalement que le trou du beigne. Triste! Parce qu'il aurait été plus courageux pour ce parti d'admettre qu'au départ, le modèle de laïcité à la française basée sur des interdictions était une erreur et qu'il fallait reprendre ce débat sur des bases nouvelles.

Denis Forcier, Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer