Les dictionnaires et nos parlures françaises

Étienne Gal disait: «On ne sait plus le sens des mots. On ne prend plus le... (123RF.com)

Agrandir

123RF.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Étienne Gal disait: «On ne sait plus le sens des mots. On ne prend plus le temps de choisir le mot juste et on emploie les termes avec négligence et ignorance. Notre belle langue est menacée dans ses qualités maitresses: précision, clarté, logique, force, justesse. Son avenir est compromis et, avec lui, l'avenir de notre pensée.»

Le premier rôle d'un dictionnaire descriptif (Robert, Larousse, etc.) est de renseigner sur la signification exacte des mots de la langue. Là réside son indispensable utilité. Pourtant, on utilise son dictionnaire surtout pour vérifier la graphie des mots.

Mais pourquoi ces dictionnaires ont-ils introduit le fameux after-shave dans leurs pages? N'essayez pas de trouver une «lotion après-rasage» aux Galeries Lafayette à Paris... Je l'ai fait sans succès. J'entends des gens me dire: «C'est un mot français, il est dans le dictionnaire». Attention! Les dictionnaires Larousse et Robert sont descriptifs, non normatifs et un dictionnaire descriptif n'est pas une bible. Le rôle des dictionnaires descriptifs n'est pas de juger, ou d'imposer, ou de légiférer l'usage des mots de la langue, mais uniquement d'enregistrer le parler des francophones tel qu'il est. Lorsqu'un mot - même étranger - est très utilisé dans un ou des pays de la francophonie, on l'introduit dans des dictionnaires descriptifs. Ça ne veut pas dire que ce mot est reconnu comme français. D'ailleurs ces dictionnaires indiquent bien, à chacun de ces ajouts, qu'il s'agit soit d'un mot anglais, ou d'un anglicisme, ou d'un mot familier, ou d'un mot canadien, ou d'un québécisme, etc.

C'est le dictionnaire (normatif) de l'Académie française qui est le dictionnaire officiel de la langue française. Et l'on n'y trouve pas after-shave, mais bien «lotion après-rasage». Le grand dictionnaire terminologique du Québec (en usage dans toute la francophonie), le dictionnaire Littré et les correcteurs en ligne Antidote, etc. sont aussi des instruments normatifs et ne contiennent que les mots officiellement français.

Si, de nos jours, le français est de plus en plus anglicisé, ce n'est pas de la faute des dictionnaires, car c'est le peuple qui fait évoluer la langue. Nous sommes responsables de l'avenir de la langue française. Pourquoi donc utiliser des weird, facing, body language, look, winners, cool, must, etc., à la place de mots français? Pourquoi tant de francophones donnent-ils des noms anglais à leurs groupes d'artistes, à leurs disques, à des spectacles, etc.? Pourtant nous avons la chance de parler une langue porteuse d'une culture millénaire unique! Sachons l'honorer et bien l'utiliser. 

Émile Roberge, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer