Réprimandée pour avoir posé trop de questions

La conseillère Corinne Labbé.... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La conseillère Corinne Labbé.

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

L'article «La conseillère Labbé rétrogradée à Cowansville» paru dans La Voix de l'Est du 7 septembre 2016, nous a consternés.

Nous habitons le quartier Ruiter depuis quelques années. Madame Labbé, notre conseillère municipale nous représente avec honnêteté, toujours à l'écoute des besoins de ses commettants. Elle se fait un devoir de diffuser avec clarté l'information relative à l'environnement et ses dossiers connexes.

Nous sommes persuadés qu'elle s'acquitte avec honnêteté et respect des mandats qui lui sont confiés dans différents comités.

En démocratie, les questionnements, les recherches et les réflexions sont incontournables dans l'élaboration des grands projets municipaux.

La rétrogradation publique est une humiliation qui pourrait s'appliquer suite à une accusation d'abus de confiance, de corruption ou de négligence. Aujourd'hui on la réprimande pour avoir de poser trop de questions et soi-disant ralenti certains projets.

Madame Labbé est une personne loyale à ses engagements et qui a à coeur le progrès et le bien-être de sa ville.

Nous sommes heureux d'avoir choisi Cowansville pour y résider et voulons voir grandir harmonieusement cette ville.

 

Nicole Journault et Michel Milot

Résidents du quartier Ruiter à Cowansville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer