Obtenir une meilleure écoute des élus

Hattie Dittman.... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Hattie Dittman.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Lorsque les élus décident pour les citoyens de ce qui est bon ou non pour nous, sans nous avoir consulté sur nos besoins et, pire, sans avoir essayé d'établir un dialogue sensé avec nous, gens concernés, nous ne pouvons qu'être fâchés et nous sentir bafoués dans nos droits.

Nous vivons dans une démocratie; 95% des citoyens de la rue Léger disent ne pas vouloir d'un projet d'une telle envergure, n'y voyant aucunement la nécessité sur cette rue résidentielle. Pour plusieurs raisons, le choix de ce tronçon nous semble inadéquat pour une telle piste:

- Premièrement, la pente trop difficile à monter.

- Deuxièmement, le massacre des terrains en plus de la perte d'espace de stationnement qui, pour certains résidents, sera très problématique.

 - Troisièmement, le très faible flot de circulation des voitures, piétons, cyclistes et coureurs ne justifie pas une telle infrastructure.

Les gens qui circulent sur la rue Léger se partagent bien l'espace; nous roulons, marchons et pédalons depuis longtemps sans problème et nous aimerions continuer à le faire sans piste multifonctionnelle.

Il semblerait plus approprié d'avoir des couloirs pour cyclistes et des trottoirs pour piétons sur des artères très passantes. Rappelez-vous l'incident du jeune adolescent au début de l'été sur la rue St-Charles... un corridor pour vélos aurait peut-être fait la différence, je ne sais pas, mais je crois qu'il y a matière à réflexion.

M. Pascal Bonin dit que nous avons été battus par le registre tenu en juillet dernier et que c'est ça la démocratie. Personnellement, je crois qu'on a utilisé une tactique déloyale envers les citoyens en votant le règlement d'emprunt et ensuite en tenant la signature du registre au mois de juillet. Personne n'a été dupe, mais déçu, très certainement.

Il est temps pour M. Bonin de s'asseoir et de réviser les priorités de la Ville sans toujours se comparer aux autres. Nous sommes fiers de la ville de Granby et n'avons rien à envier aux villes avoisinantes. Le syndrome du voisin gonflable, ça coûte cher aux payeurs de taxes! Continuons de faire progresser notre ville selon nos priorités et nos moyens.

En terminant, je souhaite féliciter M. Éric Duchesneau pour avoir osé donner un peu sa vision des choses. N'oublions pas que nous devons travailler ensemble, conseillers et résidents, au développement de notre ville et non pas les uns contre les autres. Nous vous avons élus, conseillers et maire, pour nous consulter et nous représenter sur des projets majeurs, pour nous informer et surtout, pour nous écouter. La ville de Granby est NOTRE ville et nous, en tant que payeurs de taxes, avons notre mot à dire.

Hattie Dittmann

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer