À propos du nouveau programme d'identification visuelle mis en place par la Ville de Waterloo

La mairie de Waterloo nous étonne encore. Cette fois, dans l'information sur... (123RF.com)

Agrandir

123RF.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

La mairie de Waterloo nous étonne encore. Cette fois, dans l'information sur rue. Le conseil de ville a planifié en 2014 le recours à des supports d'affichage normalisés. Cependant, c'est une multitude d'affichettes de promoteurs immobiliers très hautes en couleur qui sont apparues par enchantement. Puis ce fut l'ère des fausses vitrines. Début juillet, nous avons assisté à un coup d'éclat. Les fameux supports normalisés apparaissent. L'opération porte la marque de la phénoménale équipe du maire Russell et bien des commentaires ont fusé.

Avez-vous déjà essayé de lire jusqu'à neuf lignes de texte en conduisant? Les pancartes sont affublées d'une espèce de fanion qui attire et retient l'oeil au détriment du texte. Un panneau, sans doute un peu gêné, a oublié son texte. Les pictogrammes utilisés doivent être un peu embarrassés, car ils se noient dans la masse. On a bien «apprécié» un positionnement bizarre au regard de la circulation automobile à 70 km-h, chose qui a dû être corrigée par la suite. Il ne faudrait pas oublier ces enseignes qui jouaient à la cachette jusqu'à ce qu'on déplace les plus anciennes pancartes après quelques semaines.

Chacune des enseignes nous rappelle que l'on est à Waterloo. D'habitude, même les visiteurs le savent. Par ailleurs, seule la tête des panneaux est éclairée, laissant les indications dans un mystérieux clair-obscur. Serait-ce un exercice de propagande subliminale?

Pour couronner le tout, une petite remorque dotée d'écrans projecteurs nous fait plein d'annonces. C'était tout à fait charmant dans un parc. Les pique-niqueurs étaient accompagnés par le doux ronron d'une génératrice. Pour les dormeurs de l'autre côté de la rue, eh bien, bonne chance...

Finalement, ils ont réussi à oublier deux organismes sans but lucratif connus à travers la province (même à la Maison-Blanche dans un cas, oui, oui la vraie).

Des gens sont inquiets et ont de sérieuses raisons de questionner les membres de ce conseil municipal sur les règles graphiques relatives au nouveau programme d'identification visuelle. Où est passée la recherche d'une lisibilité optimale? Qu'est devenue l'importance primordiale de la qualité du rendu technique? Qui a pensé (oublié) l'intégration aux différents environnements physiques?

En raison des dépenses engendrées pour la population, ce programme aurait dû s'avérer un puissant véhicule de notoriété et non une problématique. Il faut s'interroger sur l'apport des conseillers municipaux qui se disent responsables en matière de sécurité et de travaux publics. On est aussi en droit de se poser de sérieuses questions sur la qualité de la planification, de la coordination et du contrôle de ce projet. Plus encore, la population doit savoir qui a eu un mot à dire sur le produit final et son positionnement en termes d'accès visuel. Les sommes en jeu ne sont pas insignifiantes.

Roger Bernier, Waterloo

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer