Et si vous étiez rati'eau'nés?

Et si nous étions rationnés? Si, plutôt que... (Archives La Presse)

Agrandir

Et si nous étions rationnés? Si, plutôt que de se partager des millions de litres d'eau potable entre nous, nous devions plutôt la gérer de manière individuelle? Faisons cet exercice.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Quel été!

L'été, la période où il y a généralement un creux de nouvelles croustillantes pour les diffuseurs et les journalistes. Chaque semaine, voire chaque jour, j'attends «the» reportage annuel sur la canicule, les restrictions d'arrosage, les éventuelles pénuries d'eau. Je me trompe sûrement, mais il semblerait bien que Trump ait pris le dessus sur notre trompe d'arrosage!

Des municipalités, comme la nôtre, ont une patrouille verte. Pour informer, avertir et même donner des contraventions aux citoyens qui, de manière inconsciente ou non, ne respectent pas la réglementation en ce qui a trait à l'utilisation de l'eau. Une patrouille, pourquoi pas? Mais j'ose souhaiter qu'un jour, nous n'ayons pas besoin de cette surveillance. J'ose imaginer que la logique humaine opérera et prendra la sage décision de se restreindre volontairement et d'utiliser l'or bleu de manière réfléchie (...)

D'autres municipalités, toujours, comme la nôtre, organisent des concours d'embellissement tel «Maisons fleuries». Comprenez-moi bien, ce genre d'initiative assure mon travail professionnel, j'en suis donc la première à en être réjouie. Mais s'ils ajoutaient un volet «utilisation raisonnable de l'eau» dans les critères d'évaluation? Et si le comité questionnait ou du moins considérait les habitudes de jardinage des participants qui, heureusement, embellissent nos milieux, tel que l'utilisation de barils de récupération, le choix des végétaux résistants aux sécheresses, les ombrages, la tonte élevée de la pelouse, etc.? Je serais la première à voter davantage pour une devanture colorée, mais raisonnée, que pour une plate-bande nécessitant un abreuvement fréquent.

Et si nous étions rationnés? Si, plutôt que de se partager des millions de litres d'eau potable entre nous, nous devions plutôt la gérer de manière individuelle? Faisons cet exercice. Chaque citoyen a désormais 100 gallons d'eau par jour (un chiffre comme ça). Il est à vous, gratuit (par vos taxes), de bonne qualité, sans que vous ayez à faire le moindre effort. Maintenant, qu'en faites-vous? C'est votre choix, vous êtes libres! Vous désirez laver votre voiture, allez! Vous désirez arroser votre entrée de garage, allez! Vous désirez reverdir votre pelouse, n'hésitez pas et sortez votre arrosoir! C'est à vous, 100 gallons! Et si vous désirez plutôt laver vos légumes, vous savonner le soir venu, abreuver votre progéniture, c'est votre choix! Que c'est beau la liberté! Et vous, qu'en feriez-vous?

Par déformation professionnelle, je me ronge les doigts tous les matins lors de la promenade de toutou. Des arrosoirs! Sur les pelouses! L'agronome en moi n'a que le goût d'aller cogner à leur demeure, les prendre dans mes bras pour les consoler, les rassurer: «votre pelouse va reverdir, promis!». La conseillère horticole a le goût de les écouter sur le fait que leur entrée de garage n'est pas propre, propre et qu'elle ne pousse pas (euh, non enfin, je ne serais pas capable! Sortez votre balai, il y a quand même des limites!). La conseillère en agroenvironnement a le goût de leur expliquer que plusieurs productions agricoles et horticoles souffrent d'une pénurie d'eau, et ce, depuis le début de l'été. Que bien des producteurs, oui, ceux qui sont au champ chaque jour pour produire notre nourriture, sans se plaindre, doivent payer et faire venir des citernes d'eau pour remplir leur lac d'irrigation. Que certains sont inquiets, et que ce n'est pas parce que leur entrée de garage est sale...

SVP, rassurez-moi et rati'eau'nons-nous!

Caroline Martineau, agronome, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer