Vraiment pas votre meilleur!

Monsieur André Beauregard, j'ai lu ce matin vos commentaires concernant mon... (123RF.com)

Agrandir

123RF.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Monsieur André Beauregard, j'ai lu ce matin vos commentaires concernant mon texte intitulé La laïcité, état de la question paru le 27 juillet. J'y proposais une analyse de la situation dans laquelle se retrouve la question de la laïcité au Québec à la suite de la défaite du Parti québécois le 7 avril 2014. Vous auriez pu critiquer cette analyse, suggérer la vôtre et proposer une approche qui permettrait aux Québécois de faire la paix avec cette question.

Vous ne faites rien de cela. Vous avez choisi plutôt de vous attaquer à ce que vous percevez et comprenez des idées que j'ai pu émettre dans certains textes publiés dans le passé au sujet de la laïcité. Et cela, sans les rappeler ou les citer, gardant ainsi les lecteurs à votre merci, leur offrant plutôt une victime que vous ne manquez pas de frapper intellectuellement à tort et à travers avec vos formules méprisantes dont vous semblez avoir le secret. Je ne les citerai pas, les lecteurs les auront remarquées.

Je vais citer cependant la dernière admonestation que vous m'adressez: «ne perdez pas votre temps à contester les Chartes des droits et libertés de la personne, fondement d'une véritable laïcité. Nous sommes en 2016!» Et je vous dis ceci:

1) Je n'ai jamais contesté les Chartes comme telles. Si oui, prouvez-le! Cependant, j'ai pu reprocher à certaines personnes de les utiliser abusivement pour s'opposer au projet de loi 60 de Bernard Drainville.

2) Vous-même avez cette tendance quand vous affirmez que les Chartes sont le «fondement d'une véritable laïcité». Je vous invite donc à en faire la démonstration dans un prochain texte qui pourrait être meilleur et plus invitant que celui-ci que vous avez, pourtant, intitulé Le débat sur la laïcité en 2016!

Votre démonstration serait utile pour une meilleure compréhension de l'enjeu de la laïcité au Québec. Et comme beaucoup de lecteurs, sans doute, je verrais cela comme une plus-value démocratique et j'ajouterais, tout à fait à la hauteur de vos compétences intellectuelles, auxquelles, incidemment, vous ne rendez pas justice par ce texte que vous venez «d'étaler» pour reprendre votre expression «sur la place publique».

Note: pour ce qui est de mes idées en 2016 concernant la laïcité, elles ont été un peu retranchées du texte que vous avez lu puisqu'il dépassait les 5OO mots. J'y reviendrai sans doute dans un prochain, peut-être à la suite de celui que je vous propose d'écrire, et tenterai alors de répondre à votre question: «De quelle identité et de quelle liberté parlez-vous?»

Denis Forcier, Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer