Haro sur Donald Trump

La convention nationale du Parti républicain a démontré... (Archives, La Presse NYT)

Agrandir

La convention nationale du Parti républicain a démontré que celui-ci est effrontément noyauté par son extrême droite.

Archives, La Presse NYT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Comme le mentionnait Alexandre Sirois dans La Presse du 26 juillet, «la candidature de Donald Trump repose sur l'idée selon laquelle plus on répète un mensonge, plus on lui permet de s'emparer du réel; sur le pari qu'une majorité d'électeurs va finir par y croire. Si on ne s'oppose pas fermement et rapidement à ce savant mélange de démagogie et de rejet de l'autre, on le cautionne. On le laisse se répandre tel un virus.»

Un grand nombre de discours entendus propose de revenir à l'époque d'une grande Amérique blanche, chrétienne, puritaine, expansionniste, protectionniste, esclavagiste et génocidaire. En fait, un réel «back to the future». Comme l'ont fait remarquer la plupart des analystes, l'astuce républicaine consiste à décrire mensongèrement la situation actuelle en termes d'épouvantable catastrophe et la situation future en termes de désastre apocalyptique. L'objectif est simple: bâtir de toute pièce un climat de peur, de terreur et d'horreur; bâtir un climat favorable aux comportements irrationnels, inhumains, réactionnaires et destructeurs. Ce climat de peur ouvre toute grande la porte aux imposteurs qui se présentent à titre de «sauveurs de la nation».

S'il fallait comme ce fut le cas tout au cours du XXe siècle et depuis le début du XXIe siècle que les peuples vivant dans de véritables démocraties ou dans de fausses démocraties se laissent manipuler aussi facilement par ces grossiers mensonges et décident encore une fois de donner librement et volontairement le pouvoir à ces pseudo-sauveurs, où irons-nous? Combien de peuples de l'Amérique du Sud et de l'Amérique du Nord, de l'Europe de l'Ouest et de l'Europe de l'Est ont vu leur situation économique et sociale radicalement détruite par ces pseudo-sauveurs qui ont réussi à leur faire croire que la solidarité fiscale et les investissements gouvernementaux dans les grands services de l'État étaient les «GUILTY» de la dette nationale et des déficits supposément structurels?

Nous vivons dans un monde où pullulent les apprentis sorciers et les saints prêcheurs annonçant les futures calamités économiques si nous continuons d'une part à investir dans l'environnement, l'éducation, la solidarité sociale et si d'autre part, nous refusons de privatiser les piliers de notre développement social et économique et si nous refusons aussi de tarifier les services essentiels à la qualité de vie de tous les citoyens. Tous les mensonges sont bons pour justifier l'austérité imposée par les apôtres du néolibéralisme, théorie qui tue quotidiennement des milliers de citoyens en brisant leur environnement, en leur refusant des salaires décents et en appliquant froidement le principe de l'utilisateur-payeur. Les Donald Trump de ce monde sont plus nombreux que l'on pense et ne résident pas seulement aux États-Unis d'Amérique. Ils agissent sournoisement et, peu à peu, ils gagnent leur pari: la grande majorité des électeurs finissent par croire à leurs mensonges qui déforment exagérément la situation économique actuelle et celle des prochaines générations. (...) 

André Beauregard

Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer