Pas de débat à Saint-Paul-d'Abbotsford et fort heureusement!

Il n'y aura pas de débat à Saint-Paul-d'Abbotsford... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Il n'y aura pas de débat à Saint-Paul-d'Abbotsford en vue des prochaines élections municipales partielles.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

M. Robert Vyncke, candidat à la mairie, aux prochaines élections municipales partielles de Saint-Paul-d'Abbotsford, se plaignait dans une lettre à La Voix de l'Est que M. Mario Larochelle, candidat lui aussi à la mairie et conseiller municipal depuis six ans, ait décliné de débattre avec lui et le mouvement citoyen Vigile Saint-Paul que M. Vyncke a lui-même contribué à mettre sur pied.

Heureusement que M. Larochelle a eu la sagesse de ne pas se prêter à cet exercice pour lequel le lieu choisi était l'église catholique de Saint-Paul et dont le modérateur n'aurait été nul autre que le curé du village. Comme je crois que nous vivons dans un milieu laïc et que les affaires municipales sont d'un ressort laïc, le cadre religieux dans lequel se serait trouvé automatiquement ce débat était déjà une raison rédhibitoire de ne pas en faire partie.

L'autre bonne raison de ne pas tenir ce débat, c'est qu'il n'aurait porté que sur des conflits personnels et des griefs particuliers de certains citoyens pour qui l'avenir véritable de Saint-Paul ne semble pas avoir beaucoup d'importance.

Car, pour plusieurs d'entre nous, dont moi qui vis ici depuis 1963 et qui suis l'un des plus vieux citoyens de la municipalité, c'est l'avenir de Saint-Paul qui m'intéresse, pas les tracasseries mesquines qu'entretiennent souvent certains citoyens envers leur municipalité ou les petites vengeances qu'on aimerait assouvir, par exemple, contre un directeur général rigide mais intègre, qui dirige l'administration d'une main ferme sous la direction de son conseil. En fait, qui dirige la municipalité comme il se doit.

Voici quelques questions qui pourraient, elles, faire l'objet d'un vrai débat:

1- Comment attirer de jeunes familles à Saint-Paul afin que son école internationale puisse continuer de prospérer?

2 - Comment faire revivre le centre-ville qui ne compte à peu près plus de commerces?

3 - Comment convaincre le ministère du Transport du Québec de permettre de mieux définir la ville en la laissant établir des carrefours giratoires: un qui fusionnerait le rang Fisk et le rang de la Montagne, à un bout de la municipalité, et à l'autre bout qui fusionnerait le Grand rang St-Charles et l'entrée de la Villa Fortier, un endroit particulièrement dangereux surtout avec l'établissement de la boucherie qui s'est établie dans le coin et qui attire une clientèle de plus en plus nombreuse?

4 - Comment accélérer le développement du terrain qui appartient à la ville (derrière l'hôtel de ville) - un terrain pour lequel un cahier de charges a été établi il y a au moins sept ans et qui permettrait la construction de maisons unifamiliales et de logements abordables pour les nouvelles familles?

5 - Comment attirer les visiteurs dans une municipalité qui compte déjà un site historique important et classé: celui de Héritage Abbotsford, et dont le territoire est occupé par les plus beaux vergers et vignobles du Québec?

Je pourrais continuer indéfiniment car Saint-Paul a bien besoin d'un bon maire et d'un bon conseil. C'est dans cet espoir que je voterai pour M. Mario Larochelle à la mairie et pour Josée Houle, Jean-Marie Bergman et Pierre Paré comme conseillers. Avec ceux qui sont déjà en place, dont Robert W. Marshall, par exemple, Saint-Paul aurait un conseil tourné vers l'avenir de la municipalité et de ses citoyens.

Claude Fournier

Saint-Paul-d'Abbotsford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer