Antoine n'a pas terminé son année scolaire...

Non, Antoine n'a pas quelque forme de cancer,... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Non, Antoine n'a pas quelque forme de cancer, ni de maladie dégénérative, contagieuse ou autre. Antoine est transgenre. Dans ce corps de beau petit bonhomme, il y a une petite fille.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Nous sommes les grands-parents d'Antoine, ce petit bonhomme de six ans, blond, les yeux bleus [lire l'article en page 3]. Cette année, il fréquentait l'école Ave-Maria de Granby en première année. Sa mère a dû le retirer de l'école après les examens à cause de son état.

Non, Antoine n'a pas quelque forme de cancer, ni de maladie dégénérative, contagieuse ou autre. Antoine est transgenre. Dans ce corps de beau petit bonhomme, il y a une petite fille.

Ayant toujours été beaucoup impliqués dans sa vie (son père ayant disparu avant même sa naissance), nous avons constaté cette différence dès son jeune âge.

Il est impossible pour quiconque de croire toute l'intimidation qu'il a vécue au cours de l'année scolaire: agression verbale et physique, linge neuf tailladé aux ciseaux, disparition d'innombrables paires de gants, mitaines, tuque et dernièrement, coupe de cheveux dans la cour d'école par deux jeunes insouciants (pour la deuxième fois).

Nous avons peine à comprendre que toutes ces actions se sont déroulées dans la cour de récréation, dans les locaux de jeux, de classe et que personne n'en soit témoin.

Nous sommes en 2016 et nous croyons sincèrement que les parents doivent sensibiliser leurs enfants à l'acceptation et le respect des différences et ainsi empêcher que de telles situations se produisent dans nos écoles primaires et secondaires.

En tant que grands-parents, nous savons très bien qu'il sera de notre ressort de l'appuyer toute sa vie dans son cheminement, lui et sa mère monoparentale, et croyez-nous, nous allons le faire, mais nous croyons également qu'il est du ressort de chacun de nous de sensibiliser les jeunes à cette situation. N'attendons pas que des tragédies arrivent, nous en avons vécu une à cause de cet état de fait et nous voulons que personne d'autre ne vive cette expérience.

On est là et on sera toujours là pour toi Antoine.

Denis Métivier, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer