Attribution des nouveaux fonds de la Stratégie de partenariats de lutte à l'itinérance (SPLI)

M. Jean-Yves Duclos,Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

M. Jean-Yves Duclos,

Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social,

Par la présente, le Groupe actions solutions pauvreté (GASP) se réjouit de l'augmentation du budget dédié pour la Stratégie de partenariats de lutte à l'itinérance (SPLI) et souhaite maintenant s'assurer que les nouveaux fonds seront attribués selon une approche diversifiée et adaptée aux régions.

L'augmentation de 50 % du budget de la SPLI constitue une excellente nouvelle pour le milieu de l'itinérance en région de même qu'une reconnaissance du travail réalisé au quotidien par les organismes communautaires sur le terrain. Cette aide supplémentaire permettra nettement plus aux organismes d'offrir des réponses et de venir en aide aux personnes en situation ou à risque d'itinérance en Haute-Yamaska.

Pour la suite des choses, il nous apparaît important que ces fonds favorisent le soutien d'une grande variété d'interventions. En ce sens, nous souhaitons que l'attribution de ces fonds s'appuie sur une approche globale et que la communauté locale de la Haute-Yamaska soit elle-même appelée à identifier ses priorités de financement afin de tenir compte de l'ensemble des besoins.

Avant 2014, une telle approche a permis de financer une diversité d'actions. Depuis que le gouvernement Harper a réorienté l'enveloppe globale de la SPLI dans le développement de projets Housing first, de nombreuses ressources et initiatives ont été laissées pour compte et coupées alors que leur apport était vital dans la lutte contre l'itinérance. La maison d'hébergement d'urgence Le Passant, située à Granby, a perdu 80 000 $ l'année dernière dans le cadre de cette réorientation, se traduisant par une perte de 11 lits d'urgence sur les 28 disponibles depuis plusieurs années, intervention pourtant priorisée par les intervenants locaux afin de réduire le phénomène sur notre territoire. Avec cette coupure, le réaménagement des équipes de travail qui a dû s'opérer à la Halte-crise amène son lot de préoccupations face à la capacité des intervenants locaux de rendre un service optimal pour les femmes qui sont de plus en plus touchées par l'itinérance et des situations complexes.

Au total, 21 acteurs locaux ont appuyé la demande pour un retour à une SPLI diversifiée et adaptée aux régions, dont le député provincial de Granby, M. François Bonnardel, la Ville de Waterloo, le maire de Granby, M. Pascal Bonin, le député fédéral de Shefford, M. Pierre Breton, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS ainsi que plusieurs organismes communautaires du territoire.

Nous disposons d'une belle occasion de rétablir une SPLI qui permette de financer un large éventail d'actions afin de rétablir le financement perdu récemment et de prévenir et réduire l'itinérance selon les besoins des milieux. Notons que le Comité itinérance Haute-Yamaska a identifié cinq axes d'intervention prioritaires et les a chiffrés à montant annuel totalisant près de 1,4 million$.

En espérant que vous tiendrez compte de nos préoccupations dans l'attribution des fonds à venir, recevez, Monsieur le Ministre, nos cordiales salutations.

Nicolas Luppens

Coordonnateur du Groupe actions solutions pauvreté (GASP)

Au nom du Comité itinérance Haute-Yamaska

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer