Avenir de l'église patrimoniale Notre-Dame

L'église Notre-Dame, à Granby... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'église Notre-Dame, à Granby

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Le Cégep a enfin obtenu l'autorisation de démarrer l'option de génie mécanique. Il faut s'en réjouir et remercier les directeurs généraux Sylvain Lambert et Yvan O'Connor qui ont constamment harcelé les ministres de l'Éducation (et de l'Éducation supérieure) qui se sont succédé à un rythme inhabituel.

Nos députés François Bonnardel et Pierre Breton ont exprimé leur grande satisfaction à cette annonce et le maire Pascal Bonin a jubilé à l'idée de «la réalisation du quadrilatère du savoir» dont il rêve depuis son arrivée à la mairie. Ce qui est éloquent, les trois ont souligné que cette réalisation permettra la conservation et «la mise en valeur» de l'église Notre-Dame, ce «bâtiment patrimonial» exceptionnel. Oui, ils ont tous trois parlé de «patrimoine».

Cependant, le magnifique projet initial (que j'ai eu la chance de voir et d'admirer) a été scindé en deux phases, ce qui change considérablement la donne. On prévoyait la démolition du presbytère et la construction d'un immeuble longeant l'église. C'est dans cet édifice que l'on devait installer les machineries, non dans le sous-sol de l'église. Les machineries y seront-elles installées temporairement, en attendant la réalisation de la phase 2 ? De plus, on prévoyait que l'ancienne sacristie pourrait servir aux artistes lors des spectacles.

Au dernier concert, c'est 230 personnes qui étaient en scène. Est-ce à dire qu'avec l'utilisation du sous-sol et de la sacristie par le Cégep, les spectacles d'envergure auxquels nous sommes habitués (dont les merveilleux spectacles-bénéfices de la fondation de l'hôpital) sont condamnés à disparaître ? Sans compter tous les autres évènements culturels qui y sont présentés?

Les citoyens sont dans l'incertitude concernant les aménagements qui seront effectués à l'intérieur de l'église. Un patrimoine, on ne tripote pas cela, on le préserve, on l'entretient avec ferveur, on le cajole.

Oui, il faudra enlever les bancs pour en faire une réelle enceinte multifonctionnelle à la disposition du Cégep et des citoyens de Granby (concerts, réunions festives et civiles, etc.). Mais il faudra garder intacte sa décoration patrimoniale splendide: boiseries du choeur, peintures et vitraux, sans oublier son orgue remarquable. Dénaturer Notre-Dame, ce serait une erreur aussi grave que la démolition de l'ancien bureau de poste de Granby. L'Histoire ne pardonnerait pas aux auteurs d'une destruction d'un tel héritage. Ne posons pas de gestes irréparables.

 

Émile Roberge

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer