Une administration sans vision à Granby

Le conseil municipal de Granby... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le conseil municipal de Granby

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Je suis déçu du leadership politique de notre ville depuis quelque temps. Mais la goutte qui fait déborder le vase est l'affirmation par nos conseillers que le cadre financier est difficile à Granby, et ce, surtout venant d'anciens représentants syndicaux, sachant très bien que ceci est une fausseté.

En finance, il y a investissement et endettement. Notre conseil actuel considère toute sortie d'argent comme un possible endettement. Il n'a aucune considération pour l'investissement dans le futur.

Depuis la dernière élection, plusieurs projets ont été présentés aux citoyens par les élus sans trop de considération au financement possible par les autres paliers. Donc, plusieurs projets stagnent. Nous assistons au même phénomène que sous l'administration Duchesneau. Une petite réparation partielle d'asphalte par-ci et avec augmentation des tarifs par-là, mais pendant ce temps, notre ville ne progresse pas. Rien de concret n'est réalisé. Nous créons un déficit d'infrastructure et perdons notre compétitivité. La seule vision de cette admiration est la dette à la Harper et Couillard. Les gens d'affaires, qui avaient querelles avec l'admiration précédente, sont dans la joie. Ils ont le retour sur leurs investissements. Ils ont des élus qui partagent leur idéologie de la non-intervention de l'État.

La culture est embarrassante, elle coûte trop, il n'y aura pas d'argent pour le patrimoine et adieu la rénovation de l'orgue. Pourtant, il y a toujours de l'argent pour les voyages d'information sur les villes connectées en Europe ou des cellulaires pour le politicien à temps partiel.

Les arbres, le bruit et tous les règlements qui avaient pour but de responsabiliser les citoyens à un meilleur partage des espaces communs font obstruction à leur vision de la propriété personnelle, alors, ils sont abrogés.

Pendant ce temps, l'emploi, les commerces stagnent à Granby et ce n'est pas nos élus qui semblent prendre le leadership pour que notre ville sorte de cette situation. Nos maisons perdent de la valeur parce que nos élus ont perdu le sens des valeurs. Arrêtez votre autopromotion aux frais des contribuables et mettez-vous à la tâche. Nous avons une ville à reverdir, à mettre au travail et à solidariser. Oubliez ceux qui ont financé vos campagnes et écoutez les citoyens hors de votre sérail.

 

Gilles Harvey

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer