Un gouvernement provincial national

Le premier ministre Philippe Couillard.... (Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard.

Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Aux élections de 2018, les Québécois voudront du changement. Assez du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Assez des politiques d'austérité qui affectent principalement les femmes, les enfants et les personnes démunies par toutes sorte de coupes dans l'aide qui leur est apportée.

Mais surtout, assez des primes en tout genre aux privilégiés de notre société, assez d'un salaire de 15 % à 30 % plus élevé qu'en Ontario pour nos médecins alors qu'ici, une province pauvre qui bénéficie de la péréquation et où le coût de la vie est moindre, le ratio médecins patients est beaucoup plus bas et lent à remonter malgré les menaces du ministre de la Santé, lui-même médecin tout comme le premier ministre.

Alors, oui, le Parti québécois doit tout faire pour renverser les libéraux et être élu avec une forte majorité en proposant en 2018 un programme de bon gouvernement non seulement provincial, mais national.

Ce bon gouvernement, dit national, devrait se déployer sur deux axes. Le premier en rétablissant les conditions d'une société forte, donc en santé, au plan économique et social, le deuxième en proposant de réintégrer la Constitution canadienne à condition qu'on y insère une déclaration d'identité du peuple québécois (je proposerai un modèle dans les prochains jours...) assortie de pouvoirs souverains additionnels.

Pour y arriver, le PQ et les candidats à la chefferie (du moins certains) devront dire clairement qu'en visant le pouvoir provincial, ce sera un pouvoir provincial national qu'ils viseront en 2018. Et qu'à ce titre, le Parti québécois au pouvoir vérifiera une dernière fois si une ouverture sérieuse existe au Canada pour le retour du Québec dans la Constitution. Avec le risque (mais un beau risque) d'être, finalement, comme peuple, souverain à 95 % dans la fédération canadienne.

 

Denis Forcier

Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer