Le supplice de la goutte d'eau

Le directeur général de Bromont, Jean Langevin, et... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur général de Bromont, Jean Langevin, et la mairesse de la municipalité, Pauline Quinlan.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Des gens qui participaient à la soirée du conseil municipal de Bromont, le lundi 2 mai 2016, décrivent l'expérience du «supplice de la goutte d'eau».

Certains citoyens répètent constamment la même rengaine, à savoir qu'ils ne comprennent pas le bail entre la Ville et la SACS, qu'ils questionnent à chaque réunion du conseil Mme Quinlan et le directeur général, M. Langevin, d'où l'expression du «supplice de la goutte d'eau». Le bail, il est signé et pourrait-on avancer vers la tenue des Jeux équestres mondiaux? Espérons que ces citoyens arrêtent le supplice qui est encouragé par certains conseillers et qu'ils mettent tous les efforts possibles à supporter les Jeux équestres mondiaux 2018 à Bromont, au lieu de les dénigrer et de causer tant d'embûches.

Il est grandement temps de supporter l'organisation des Jeux qui déploie tant d'efforts pour leur réussite. Cela prendra de la détermination pour y arriver et nous en sommes capables, citoyens de Bromont. Pour ceux qui ne me connaissent pas, qu'ils sachent que je suis un rassembleur et un bâtisseur qui regarde l'avenir avec positivisme.

 

Réal Désourdy

Bromont

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer