Hommage aux organismes communautaires qui oeuvrent en santé mentale

C'est la semaine nationale de la santé mentale.... (123rf)

Agrandir

C'est la semaine nationale de la santé mentale.

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

C'est la semaine nationale de la santé mentale; des activités de sensibilisation se dérouleront à la grandeur du Québec pour démystifier ce qu'est la santé mentale et sensibiliser la population à l'importance de prendre soin de sa santé mentale autant que de sa santé physique. De notre côté, nous souhaitons profiter de cette semaine pour rendre hommage aux organismes communautaires autonomes qui sont souvent méconnus, mais qui font un travail exceptionnel pour améliorer la qualité de vie de milliers de personnes ayant un problème de santé mentale.

En effet, en plus de l'ensemble des organismes communautaires autonomes qui contribuent à l'amélioration de la qualité de vie des communautés, de nombreux organismes communautaires ont des missions spécifiquement dédiées aux personnes ayant un problème de santé mentale. Les missions sont diversifiées: prévention, aide et entraide, hébergement, suivi psychosocial, défense des droits... Ces groupes ont développé des approches et des moyens alternatifs, ils sont à l'écoute des besoins des personnes et celles-ci y trouvent un endroit pour briser l'isolement, un endroit pour s'exprimer librement.

Concrètement, ces organismes aident Julien, qui a reçu un diagnostic important et qui n'est actuellement pas en mesure d'intégrer le marché du travail. Le groupe d'entraide lui donne la possibilité de s'impliquer dans sa communauté et d'intégrer un plateau de travail, ce qui lui permet de briser son isolement et de développer des aptitudes de travail. Ces organismes aident aussi Marie qui a vécu un état dépressif important à la suite à de grands bouleversements dans sa vie personnelle. L'organisme d'aide en situation de crise a pu lui offrir de l'hébergement temporaire, un suivi et un soutien face à ses idées suicidaires et ainsi assurer sa sécurité et éviter une hospitalisation. Maintenant, c'est le Centre de femmes qui lui offre un suivi avec une intervenante pour l'aider à passer au travers ces bouleversements. Il y a aussi Marc qui vit des problèmes d'anxiété et qui fait d'importantes crises d'angoisse, qui en rencontrant régulièrement un intervenant communautaire, a pu être soutenu et aidé afin d'identifier la source de son anxiété, développer des moyens pour gérer ces situations et réintégrer son emploi rapidement.

Malheureusement, plusieurs préjugés persistent encore aujourd'hui en ce qui concerne la santé mentale. Ces préjugés viennent alourdir le quotidien des personnes vivant avec un problème de santé mentale. Par exemple, il devient plus difficile de se trouver un logement. Les organismes communautaires font donc également un travail important pour lutter contre la discrimination et la stigmatisation à l'égard des personnes vivant avec un problème de santé mentale. Ce travail se fait par des moyens d'éducation populaire auprès de la population, dans les écoles, mais il se fait aussi en accompagnant les personnes pour qu'elles défendent leurs droits de façon individuelle et collective. Cette lutte permet de rapprocher les communautés, d'améliorer le tissu social et de redonner aux personnes ayant un problème de santé mentale leur place de citoyen à part entière.

Pour accomplir tout ça, des milliers de travailleuses dans les organismes communautaires du Québec travaillent d'arrache-pied au quotidien. Nous leur levons notre chapeau! Elles nous diront que c'est un travail très valorisant et qu'elles en sont très fières. Fort heureusement... car la situation n'est guère facile pour les organismes qui, pour continuer d'exister, doivent parfois offrir des conditions de travail peu intéressantes, voir appauvrissantes pour leurs travailleuses. De plus, les organismes communautaires, déjà sous-financés, doivent maintenant répondre à un plus grand nombre de demandes et à des demandes de plus en plus complexes, tout cela en réponse à l'accès de plus en plus difficile aux services du réseau de la santé et des services sociaux publics. Tout cela est très essoufflant pour les travailleuses et c'est leur propre santé mentale qui est en péril; comme on dit : cordonnier mal chaussé...

 

Danielle Goulet

Présidente de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie (TROC-M)

Nancy Melanson

Collectif de défense des droits de la Montérégie (Granby)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer