Pourquoi pas Legault ...et la CAQ au complet ?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

La semaine dernière, alors qu'il était question de plus en plus de la nécessité d'une coalition des partis d'opposition pour offrir aux Québécois l'occasion de se débarrasser de ce gouvernement libéral complètement erratique sous la gouverne de Philippe Couillard, François Legault a été très clair: une coalition avec le Parti québécois, jamais!

Mine de rien, François Legault venait de donner l'heure juste comme quoi la CAQ ne pourrait, seule, renverser les libéraux. La seule option qui lui reste, s'il veut le pouvoir, est une invitation de la part du premier ministre à l'effet que lui et sa formation rejoignent le Parti libéral et les trois caquistes qui s'y trouvent déjà à des postes importants.

(...) Pourquoi Philippe Couillard n'offrirait-il pas à la CAQ, à l'occasion d'un remaniement ministériel qui devra suivre la décision du commissaire à l'éthique concernant Sam Hamad, de se coaliser avec le PLQ, en offrant du même coup le poste de résident du Conseil du trésor à François Legault? Le message aux Québécois, surtout francophones, serait clair: le Parti libéral est vraiment en processus de se refaire une virginité. (...)

Car François Legault n'acceptera le «deal» que si Philippe Couillard annonce son intention de travailler à la réforme du fédéralisme canadien (...) dans le domaine de la langue, de la culture et de l'immigration.

Si le premier ministre (...) n'est pas disposé à formuler ces demandes, il lui reste qu'une option pour attirer François Legault et son groupe: offrir de démissionner et de convoquer une course à la chefferie, en lui laissant d'ici là son poste de premier ministre, par intérim, à la condition que la coalition soit plutôt une fusion et le début d'un nouveau PLQ à offrir aux Québécois (...)

Et curieusement, le 7 avril, Le Devoir, le Journal de Montréal et le Huffington Post donnaient simultanément la parole à l'exclue du PLQ de Philippe Couillard, Fatima Houda-Pepin. Que disait-elle? En résumé, ceci:

1) Que le Parti libéral était sous la gouverne de Philippe Couillard un gouvernement rapiécé et désorienté. Le monsieur n'est pas à l'écoute de la population et même pas de son entourage (...).

2) Que le monsieur est en train de liquider la marque libérale telle que définie par Claude Ryan. Il ne s'identifie pas au Québec: sa mentalité est (...) canadienne. La justice sociale n'est pas dans ses priorités non plus, on le voit avec son austérité appliquée à tout le monde, sauf aux plus riches et à sa caste, les docteurs.

3) Qu'il était incroyable de le voir défendre l'égalité au Québec de l'anglais et du français, alors qu'avec courage, Robert Bourassa et le PLQ de 1974 avaient réussi à faire de la langue française la langue officielle du Québec (...).

Bref, la voie en direction de l'avenir se trace plus clairement. S'il ne change pas, le PLQ aura beaucoup de difficulté à se rendre à la fin de son mandat. La CAQ est disponible (75 % de sa clientèle est fédéraliste) pour aider ce parti, mais pas à n'importe quel prix.

Quant au PQ, (...) l'échec n'étant pas une option si ce parti veut vraiment offrir une alternative politique crédible aux Québécois, il lui faut donc réussir la mayonnaise souverainiste. Pour cela, il devra peut-être miser, d'une façon ou d'une autre, sur le retour en politique de Jean-Martin Aussant.

Denis Forcier

Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer