Projet Robinson

Le projet Robinson... (Fournie par les promoteurs)

Agrandir

Le projet Robinson

Fournie par les promoteurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Je reçois un feuillet «ne laissez plus les autres prendre des décisions à votre place» et je vois une photo d'immeubles en rangée en construction, prise je ne sais où. Il n'y a pas de telles constructions à Cowansville. Ces immeubles couvrent tout l'espace de la photo.

En lisant, je constate qu'on parle du projet Robinson auquel on invite les citoyens à s'opposer.

Pourquoi ne pas avoir mis la photo du projet Robinson? Le vrai sujet. On aurait constaté qu'il permet une vue du lac plus grande que l'immeuble actuel et ses dépendances. C'est une façon fallacieuse de présenter les choses. Lorsque l'on sent le besoin de recourir à de tels moyens, c'est que l'on sait que l'on n'a pas une bonne cause.

Et ça mine la crédibilité de ceux qui luttent contre le projet. (...) Ils ont montré leur propre turpitude en tentant de prétendre que la Ville avait procédé illégalement en adoptant un règlement qu'ils ne s'étaient pas donné la peine de lire. Qui sait si ce règlement ne contient pas autre chose qui ne leur plait pas?

Quelle serait l'alternative? La construction de quatre ou cinq résidences individuelles. À quatre personnes par maison, il y aurait 20 personnes qui jouiraient de la vue du lac. Pour toujours elles seraient les seules à bénéficier du lac. De la rue on ne le verrait plus, comme c'est le cas avec les maisons individuelles existantes en partant de la résidence jusqu'à la petite église voisine du palais de justice.

Avec ses 150 unités, en supposant qu'elles soient occupées par 75 couples et 75 célibataires ou veuves (ce qui est conservateur), 225 personnes jouiront du lac, sans compter leurs visiteurs et les 40 employés. Et on continuera de voir le lac de la rue.

Si on veut protéger l'environnement, c'est par la densification de l'habitat et non par son étalement. C'est la façon de conserver le plus d'espaces naturels. C'est un manque de compréhension et de vision de la part des partisans du non.

 

Jacques Dionne, Cowansville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer