Retraite à 65 ans: la C2V2 s'en réjouit

La C2V2 enregistre avec satisfaction l'annonce du retour... (Archives La Presse)

Agrandir

La C2V2 enregistre avec satisfaction l'annonce du retour à 65 ans de l'âge de la retraite.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

La Coalition citoyenne pour mieux vivre et mieux vieillir (C2V2) enregistre avec satisfaction l'annonce du retour à 65 ans de l'âge de la retraite, que le gouvernement Harper avait prévu de remonter à 67 ans: on se félicite de la promesse tenue par les libéraux fédéraux.

La mesure n'aurait pas entraîné des économies importantes; elle aurait surtout maintenu ou fait basculer de nombreux aînés dans la pauvreté, sinon la misère.

Par ailleurs, l'annonce d'une bonification du Supplément de revenu garanti (SRG) dans le budget 2016 est un petit pas en avant et soulagera les aînés les plus démunis. Mais il ne faut pas crier au miracle! Les pressions des groupes d'aînés y sont pour quelque chose: au Québec, la FADOQ, l'AQDR, l'AQRP, l'AREQ, mais aussi la nouvelle C2V2, ont travaillé fort et les promesses libérales ne sont ainsi pas tombées du ciel.

Reste à régler la question de la pauvreté des aînés au Québec. Le SRG est un budget d'assistance qui devait disparaître à mesure qu'arrivaient à la retraite les premiers cotisants à la Régie des rentes. Quarante ans plus tard, 40 % des aînés du Québec doivent encore demander en tout ou partie le Supplément de revenu garanti et vivent en dessous du Seuil de pauvreté.

Aussi, les gouvernements fédéral et provinciaux doivent s'attaquer à la réforme du système de retraite canadien: d'abord en augmentant les bénéfices du RPC et du RRQ à 50 % du salaire industriel moyen et en augmentant les cotisations des employés et employeurs, à l'inspiration du nouveau régime de retraite de l'Ontario. C'est le meilleur moyen de sortir durablement de la pauvreté des centaines de milliers d'aînés, particulièrement et comme toujours les femmes.

Nous en avons les moyens, si les gouvernements optent pour une fiscalité plus juste et une solidarité citoyenne. Les ministres provinciaux des finances, Leitão en tête, ne sont pas très chauds pour augmenter substantiellement le montant garanti par la Régie des rentes ni pour choisir une stratégie efficace.

Là encore, il faudra toute la pression des groupes d'aînés et des autres groupes de citoyens-électeurs plus jeunes. Car la retraite est l'avenir de tous, maintenant ou plus tard. Une question de solidarité sociale: à la C2V2, nous y travaillerons.

Louis Larivière, président de la C2V2

Jean Carette, porte-parole

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer