Pas seulement le groupe des 24

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

En réponse à la lettre ouverte d'Alexandre Hamel-Lesieur parue dans La Voix de l'Est du 2 mars 2016.

J'ai lu avec intérêt votre lettre ouverte au groupe des «24 irréductibles Suttonais». On présente souvent le débat qui se poursuit depuis quelques mois au sujet de la réglementation sur le zonage et le lotissement à Sutton comme un débat opposant le conseil municipal et un petit groupe de 24 personnes. En réalité, ces 24 personnes représentent une partie beaucoup plus importante de la population de Sutton. En fait, des centaines de vos concitoyens et concitoyennes ont assisté aux séances du conseil et aux réunions d'information sur les changements proposés et plus de 300 personnes ont signé les registres le 19 février dernier.

Il est plus que temps de cesser de jeter le blâme sur 24 personnes alors qu'un grand nombre de citoyens et citoyennes de Sutton, peut-être même la majorité d'entre eux, ont exprimé ouvertement leurs préoccupations quant aux projets de changements de zonage et de lotissement et quant au processus mis en place. Ces préoccupations ont été en grande partie ignorées par les élus municipaux. Pointer du doigt parmi tous les opposants un «groupe de 24 personnes» est un raccourci démagogique qui n'a pas sa place dans un débat démocratique. Le maire lui-même s'est servi de cette expression, un manque de respect envers ces personnes qui est indigne de la fonction qu'il occupe.

Je peux comprendre un bon nombre de vos inquiétudes concernant l'avenir de Sutton. Veiller à ce qu'il y ait de bons emplois à Sutton et dans la région et que les jeunes familles puissent y vivre, travailler et élever leurs enfants, c'est un objectif que tous les résidants devraient viser. Vous exprimez votre crainte de voir l'école se vider d'ici 20 ans faute d'un nombre suffisant d'élèves. Je ne connais pas assez la situation pour juger si cette crainte est fondée ou non, mais je sais par contre que le nombre d'élèves qui fréquentent actuellement l'école est plus que suffisant pour que l'école reste ouverte encore plusieurs années. Il semble par ailleurs qu'il y ait une baisse marquée du nombre d'élèves anglophones, mais j'ai bien peur qu'il s'agisse d'une tendance qui existe depuis longtemps et qui n'est pas près de se renverser.

Personnellement, je crois que de permettre sur une plus grande échelle l'établissement d'entreprises à domicile et d'ateliers au sein de la communauté favorise la création d'emplois et le développement de l'entrepreneuriat si nécessaires dans le monde d'aujourd'hui. Je serais étonné de voir une personne sensée s'opposer à ce genre de mesure. Par contre, les changements aux règlements qui portent sur la réduction de la superficie des lots, le calcul de la hauteur des constructions, la prolongation de la longueur des chemins d'accès aux maisons, combinés à une augmentation des pentes autorisées, sont autant de mesures qui n'ont rien à voir avec vos préoccupations.

Il est clair à mes yeux que les changements proposés (et adoptés) visent plutôt à donner aux propriétaires et aux promoteurs immobiliers la possibilité d'agir et de développer leurs projets et d'augmenter leurs revenus plus rapidement, tout en portant atteinte à l'environnement rural qui, personne ne le contredira, demeure notre actif collectif le plus précieux.

J'ai eu le plaisir mercredi dernier de déjeuner à la microbrasserie La Brouërie et de visiter les installations en compagnie des quatre copropriétaires de l'endroit. Le courage, la ténacité et l'audace de ces jeunes gens m'ont impressionné (en passant, la bière et le repas étaient délicieux...). Il y a deux semaines, j'avais aussi mangé À L'Abordage, l'autre nouvelle microbrasserie du village. Ces deux restaurants ouverts récemment ont créé à eux seuls au moins 40 nouveaux emplois. Bien sûr, il y a plus de concurrence pour les restaurants en place, mais une offre diversifiée est de nature à attirer à Sutton les touristes qui auront moins tendance à aller voir ailleurs. Les locaux à louer sur la rue principale depuis un an sont en voie d'être occupés, peut-être pas aussi rapidement que nous le souhaiterions, mais ils finiront par l'être. Un nouveau groupe prendra la direction du Mont Sutton et lui donnera un nouvel élan tout en continuant de jouer un rôle clef dans l'économie de la ville. Le nouveau visage de l'Hôtel Horizon restauré constitue une preuve de plus du rôle primordial du tourisme à Sutton. Il y a un bel avenir pour ceux et celles qui veulent vivre à Sutton!

La construction d'un immeuble à logements multiples sur la route 139 près du chemin Jordan a attiré mon attention. J'ai été à la fois étonné et attristé de voir à quel point ce nouvel immeuble a été bâti près de la route (ma conjointe a remarqué à la blague que les locataires avant pourront étendre leur linge sur les fils de téléphone...). Je suis surpris qu'une distance aussi minime entre une habitation et un chemin public soit autorisée selon les règles de zonage de la ville. Quoiqu'il en soit, si ce bâtiment est un exemple de la planification urbaine favorisée par l'actuel conseil municipal et de sa vision du logement pour les jeunes familles, alors, vous et moi en tant que citoyens de Sutton, avons toutes les raisons d'être inquiets. Inquiets des changements de règlements que cette administration préconise, autant pour maintenant que pour le futur.

 

Peter McAuslan,

Fondateur de la Brasserie McAuslan et brasseur retraité

Sutton

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer