L'austérité est une injustice sociale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les politiciens depuis l'arrivée du Parti libéral au pouvoir s'acharnent à réduire le déficit et à baisser la dette de la province. En effet, il s'agit d'une politique qui vise à assainir la gestion de l'État en augmentant les recettes fiscales au détriment des dépenses publiques.

En même temps, cela fait un bout de temps que le monde ici au Québec souffre d'une stagnation économique et d'une augmentation du chômage.

La question qui se pose est la suivante: en quoi le fait de réduire les dépenses publiques et ainsi réduire le pouvoir d'achat du simple citoyen va nous sortir de la stagnation et du chômage?

 

Couper dans le secteur de la santé, dans l'enseignement et la petite enfance est une erreur économique épouvantable et une véritable injustice sociale. Quoi de plus facile que de taper sur le plus faible et le plus vulnérable pour faire croire qu'il y a de l'action et que bientôt, on aura droit à une vie meilleure?

À travers l'histoire, cette politique appelée parfois politique de rigueur s'est toujours forcée d'agir sur le pouvoir d'achat des gens qui ne sont généralement pas les plus riches. La protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, en a fait le constat: les dernières coupes, qui s'ajoutent aux compressions passées, frappent de plein fouet les personnes vulnérables, notamment dans le secteur de la santé. Il ne pourrait pas en être autrement: pour l'essentiel, les services de santé sont destinés à des gens malades, souvent âgés et vulnérables.

 

Nos politiciens ne s'arrêtent pas là. Les coupes ont touché les élèves en difficulté, le service de garde à l'école et la petite enfance. En effet, l'association de cette dernière (AQCPE) a repris lundi la stratégie des enseignants et a encouragé les parents à former des chaînes humaines autour des CPE que fréquentent leurs enfants pour protester contre les compressions de 120 millions prévues pour l'année 2016-2017.

Je salue Mme la Protectrice du citoyen qui a eu le courage de dénoncer ces mesures.

 

Le cumul des compressions budgétaires imposées par Québec et les choix qui en découlent ont des répercussions certaines sur des citoyens et des entreprises. Cela se traduit notamment par «des délais d'attente croissants» dans l'administration publique, «la diminution de l'intensité de certains services» et «des indemnités moindres dans des programmes publics».

 

Said Raouchi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer