Rien n'a changé

L'année 2016 n'en est qu'au quatrième jour à son compteur et nous pouvons... (123RF.com)

Agrandir

123RF.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

L'année 2016 n'en est qu'au quatrième jour à son compteur et nous pouvons constater que c'est tout simplement le prolongement de 2015: les attentats terroristes sont toujours à la mode du jour.

Pouvions-nous espérer mieux? Tel-Aviv, encore et toujours; Valence, nouvelle cible, se retrouvent à la une. Les reporters de tous les médias peuvent ainsi voyager autour du monde et nous tenir au courant des conneries humaines.

Durant ce temps, Donald Trump, le blondinet, poursuit ses facéties: nous pouvons le retrouver dans une vidéo des djihadistes. Pour augmenter la température, un éditeur allemand s'apprête à publier Mein Kampf d'Adolj Hitler. Le passé est garant de l'avenir, nous dit l'Histoire. Ne pourrions-nous pas tout effacer et recommencer à zéro? Nous pourrions toujours espérer de meilleurs jours: l'avenir n'existe qu'au présent, nous dit l'expression.

Heureusement pour les Montréalais et leur maire, les Canadiens de Montréal ont battu les Bruins de Boston à la Classique hivernale de hockey. Mais tout n'étant pas parfait, l'équipe canadienne de hockey junior a été éliminée par la Finlande et est exclue des médailles. Mais il y a des situations plus graves dans les nouvelles du jour: la disparition de La Presse papier qui existait depuis 1884, les inondations, les tremblements de terre, Marine Le Pen, Donald Trump.

C'est vous dire qu'en 2016, nous ne sommes pas sortis de l'auberge et que nous devrons rester bien tranquilles dans nos pantoufles et surtout éviter de voyager dans certains coins de notre planète.

Iqaluit et Kuujjuaq deviendront des destinations à la mode. Il semblerait qu'Air Inuit pense à offrir des forfaits tout inclus pour le Grand Nord du Québec. Le proverbe «à quelque chose malheur est bon» signifie qu'un malheur a quelquefois des conséquences heureuses.

Après Cuba et les Caraïbes, c'est le Nunavut qui fera ses frais. Les sculptures esquimaudes reviendront à la mode dans les grands salons. En plus, c'est Agaguk qui verra ses ventes augmenter.

Déjà Air Transat propose des vols vers l'Islande. Les pays nordiques et de neige prendront leur revanche sur les destinations soleil: après le ski nautique, c'est le ski alpin. Par contre, nous devons reconnaître que l'eau des baies d'Hudson et d'Ungava est un peu plus froide que l'eau des mers du Sud. Il n'y a rien de parfait dans ce bas monde: on ne peut avoir la tranquillité et une certaine sécurité et de l'eau plus chaude pour la baignade. La vie n'est-elle pas une question de choix? De l'eau froide ou des attentats terroristes?Du moins, l'État islamique n'a pas encore pris pour cible le Nunavut.

Vous pouvez joindre Air Inuit en allant sur leur site Internet. Pour Air Inuit, la satisfaction de la clientèle est une priorité absolue.

Le dépaysement est assuré, mais il faut s'habiller chaudement, c'est une évidence. Il faut savoir que le plus Celsius est remplacé par le moins Celsius.

Bernard Fournelle, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer