Les armes de destruction massive

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les américains ont fait la guerre en Irak en  exploitant de façon totalement  scandaleuse une terrible arnaque montée de toute pièce par les faucons de la droite républicaine : la fausse présence d'armes de destructions massives.

La propagande de droite qui s'infiltre et contrôle les médias québécois a réussi aussi un  terrible lavage de cerveau. Les journalistes et les pseudo-experts économiques ne font qu'ergoter sur les études d'économistes radicalement convertis au néolibéralisme. Et quel est l'objet de cette vaste machination ?  Prédire la possibilité d'une destruction massive du Québec et de ses institutions les plus vitales et les plus enrichissantes  dans le cas où l'État  déciderait d'investir encore dans la santé, l'éducation, la culture et la solidarité. Prédire sans aucune preuve à l'appui  un effondrement apocalyptique de l'avenir de nos enfants et de  nos petits-enfants si la  société tout entière n'était pas jeter en pâture aux hyènes de la privatisation et de la tarification.

Or, quelle est cette arme si épouvantablement dangereuse qui pourrait détruire massivement le Québec ?  Cette arme, c'est l'énorme fumisterie  du « déficit structurel » des finances publiques. Ça veut dire quoi ce charabia ?  Selon ces apprentis sorciers, le déficit budgétaire équivalent à  0,06 % du produit intérieur brut  pourrait  mettre en péril tout ce que les Québécois ont construit depuis tant de décennies.  Ils affirment avec un air catastrophique  que la cause  de ce tsunami imminent  ce  n'est pas une fiscalité  modifiée pour favoriser indûment  les entreprises, les institutions financières et les riches familles mais, ce sont les monstrueuses dépenses englouties dans tous les secteurs vitaux de la société québécoise. Pour ces grands penseurs, il n'y a rien de  plus funeste à l'économie du Québec que de continuer à investir dans la santé et l'éducation et il n'y a rien de  plus  brillant que de forcer la prochaine génération à  reconstruire entièrement son économie sur une plate-forme d'ignorance et de souffrance. La formule  est simple : détruire le présent pour bâtir l'avenir sur des ruines. La génération actuelle sera sacrifiée et les prochaines générations encore plus.

André Beauregard

Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer