Les armes de destruction massive

Le rouleau compresseur Couillard-Coiteux va-t-il continuer à nous... (Archives La Presse)

Agrandir

Le rouleau compresseur Couillard-Coiteux va-t-il continuer à nous écraser en 2016?

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les Américains ont fait la guerre en Irak en exploitant de façon totalement scandaleuse une terrible arnaque montée de toutes pièces par les faucons de la droite républicaine: la fausse présence d'armes de destruction massive.

La propagande de droite qui s'infiltre et contrôle les médias québécois a réussi aussi un terrible lavage de cerveau. Les journalistes et les pseudo-experts économiques ne font qu'ergoter sur les études d'économistes radicalement convertis au néolibéralisme. Et quel est l'objet de cette vaste machination? Prédire la possibilité d'une destruction massive du Québec et de ses institutions les plus vitales et les plus enrichissantes dans le cas où l'État déciderait d'investir encore dans la santé, l'éducation, la culture et la solidarité. Prédire sans aucune preuve à l'appui un effondrement apocalyptique de l'avenir de nos enfants et de nos petits-enfants si la société tout entière n'était pas jetée en pâture aux hyènes de la privatisation et de la tarification.

Or, quelle est cette arme si épouvantablement dangereuse qui pourrait détruire massivement le Québec? Cette arme, c'est l'énorme fumisterie du «déficit structurel» des finances publiques.

Ça veut dire quoi, ce charabia? Selon ces apprentis sorciers, le déficit budgétaire équivalent à 0,06% du produit intérieur brut pourrait mettre en péril tout ce que les Québécois ont construit depuis tant de décennies. Ils affirment avec un air catastrophique que la cause de ce tsunami imminent, ce n'est pas une fiscalité modifiée pour favoriser indument les entreprises, les institutions financières et les riches familles, mais ce sont les monstrueuses dépenses englouties dans tous les secteurs vitaux de la société québécoise.

Pour ces grands penseurs, il n'y a rien de plus funeste à l'économie du Québec que de continuer à investir dans la santé et l'éducation et il n'y a rien de plus brillant que de forcer la prochaine génération à reconstruire entièrement son économie sur une plate-forme d'ignorance et de souffrance. La formule est simple: détruire le présent pour bâtir l'avenir sur des ruines. La génération actuelle sera sacrifiée et les prochaines générations, encore plus.

Cadeau empoisonné

Si on se fie aux résultats des élections et des sondages, les Québécois, dans un esprit masochiste et suicidaire, continuent à appuyer les partis de droite et la démagogie du parti au pouvoir. Et la cerise sur le sundae - pas fou, ce gouvernement -, il vient d'accumuler un surplus d'un milliard qui se transformera en baisses d'impôts pour l'année précédant les élections. Avec ce cadeau empoisonné, bien sûr qu'il va gagner ses élections.

Mais il faudrait se questionner. Comment ce gouvernement a-t-il pu accumuler un tel surplus? Nous le savons, ce surplus budgétaire vient d'abord des coupes faites sans discernement dans les infrastructures et les services directs à nos grands-parents, nos parents, nos enfants et nos étudiants. Il provient aussi de l'augmentation injustifiable et inacceptable des tarifs: garderie, électricité, tous les coûts rattachés aux études et à bien d'autres secteurs.

À qui profiteront ces quelques dollars remis dans les poches de ceux et celles qui ont les moyens de contribuer? Ces quelques dollars dispersés à tout vent dans les poches des privilégiés ne construiront jamais d'écoles, ne combleront jamais les besoins en matériel médical, n'augmenteront jamais le personnel des organismes communautaires, ne donneront jamais plus de soins aux malades et aux personnes âgées, n'aideront absolument jamais les enfants en difficulté, ne soutiendront jamais les étudiants dans leurs études supérieures.

Nos grands penseurs affirment que nous n'avons pas les moyens de partager équitablement. En fait, leur système est simple: tout donner aux plus forts et aux plus riches et rien pour les autres; enlever à ceux qui ont peu pour donner à ceux qui ont beaucoup; creuser de plus en plus les inégalités, sources de divisions, de grande morosité sociale et de graves problèmes économiques.

La machine de guerre néolibérale est en marche depuis vingt ans et elle détruira massivement l'État québécois pour remettre l'administration des affaires publiques aux parasites privés qui feront d'immenses profits sur le dos de la population québécoise. Non seulement on s'en fiche royalement, mais on applaudit à ce massacre barbare de notre société libre, démocratique et solidaire. Le rouleau compresseur Couillard-Coiteux va-t-il continuer à nous écraser en 2016? Fort probablement.

André Beauregard, Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer