Contre l'allocation de transition

M. Bonin a dit « Je n'ai aucune... (Catherine Trudeau, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

M. Bonin a dit « Je n'ai aucune honte de mon salaire. Je le gagne, je le mérite.»

Catherine Trudeau, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Je suis contre l'allocation de transition. Je suis contre parce qu'elle est généreuse à outrance (deux mois de salaire par année de services, mais sans excéder un an de salaire), parce qu'elle récompense même ceux qui laissent leur poste avant la fin de leur mandat, aucune justification requise, et parce qu'elle a été proposée et accordée par les élus exclusivement aux élus.

Ni plus ni moins, les membres du conseil précédent ont profité de leur position et de la facilité des procédures pour garnir leur portefeuille. Les membres actuels du conseil municipal maintiennent l'allocation de transition en espérant en faire autant lorsqu'ils décideront de quitter ou que nous, les électeurs, leur demanderons de partir.

Dans La Voix de l'Est de mercredi, la journaliste Mme Létourneau rapporte que M. Bonin a dit «Je n'ai aucune honte de mon salaire. Je le gagne, je le mérite.» Je suis convaincue, M. le maire, que vous méritez votre salaire, même votre allocation de départ, mais ni vous ni les conseillers ne méritez, en plus, celle de transition. Vous êtes nos représentants, les défenseurs de nos intérêts, les gardiens des deniers publics. Comment pouvez-vous croire qu'il soit dans nos intérêts de vous payer ce luxe? Qu'il soit moralement correct de vous enrichir personnellement de cette façon? Et certainement ce n'est pas du tout représentatif de la situation de la très grande majorité de vos concitoyens. Travaillez-vous plus fort qu'eux? Oseriez-vous dire que vous le méritez plus qu'eux?

Je crois qu'une période de vacances s'amorcera très bientôt pour vous, M. le maire et messieurs les conseillers. J'aimerais que vous profitiez de l'occasion pour vous questionner sur la pertinence, le bien-fondé et la rectitude morale de maintenir l'inutile et indécente allocation de transition que vous persistez à tenter de justifier, maladroitement, malgré qu'elle soit, à mes yeux, tout à fait indéfendable.

 

Lucie Brisson, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer