Des loups solitaires ???

Le candidat à la présidence américaine, Donald Trump.... (Bloomberg)

Agrandir

Le candidat à la présidence américaine, Donald Trump.

Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les attentats commis sont l'oeuvre de loups solitaires et de personnes radicalisées, nous disent les autorités. Ces personnes répondraient à un appel quelconque d'un fanatique retranché dans une contrée lointaine: c'est la théorie répandue par les médias. Mais nous devons aussi reconnaître que nous retrouvons de ces fanatiques qui exacerbent les passions dans notre cour arrière. Sous le couvert d'une liberté d'expression ou d'une constitution, ils entretiennent la démence de leurs fans par leurs coups de gueule que les médias retransmettent allègrement.

Les Donald Trump et Marine Le Pen de ce monde sont des pyromanes idéologiques; ils sont passés maîtres pour propager les passions et l'intolérance. Mince consolation; pour ce qui est de Marine. Le Pen, il reste le deuxième tour à traverser. Pour le tonitruant Donald, il lui reste à gagner l'investiture républicaine et par la suite, il lui faudra battre Hillary Clinton. D'ici là, nous pouvons espérer que la population américaine verra qu'elle ne peut élire un tel zigoto à la présidence des É.-U.. Quoique cette même population a déjà élu un certain George W.

Selon Thomas Mulcair, chef du NPD, Donald Trump devrait être interdit de séjour au Canada. Je dois reconnaître que je suis en parfait accord avec monsieur Mulcair. Nous avons déjà eu Stephen Harper, il n'est pas nécessaire d'accueillir ce clown américain. Nous ne pouvons que prier le Seigneur, Allah ou le Grand Manitou que ce cher Donald aille se faire voir ailleurs, de préférence ailleurs au milieu de nulle part (...)

La première question que nous pouvons nous poser: comment se fait-il qu'un tel énergumène puisse se voir président de la première puissance mondiale? La deuxième question: se peut-il que les électeurs américains puissent se reconnaître dans un tel type?

Comment l'a déjà affirmé Einstein; il n'y a aucune limite à la connerie humaine. L'univers est infini, mais la stupidité n'a pas de frontières.

Avec 320 millions d'habitants, il nous fallait tomber sur un tel connard. Après les Lincoln, Kennedy, Clinton, Obama. Nous avons maintenant droit à une caricature: un blondinet, riche en dollars, mais pauvre en jugement et ayant régulièrement des crampes au cerveau. Qui plus est, une majorité d'électeurs républicains le voit comme un candidat potentiel lors de la prochaine élection présidentielle des É.-U..

Peut-on imaginer quelques secondes le scénario où nous retrouverions Marine Le Pen, présidente de la France et Donald Trump, président des É.-U. ? Ça donnerait des idées à notre cher Stephen Harper pour un éventuel retour comme premier ministre du Canada. Nous serions à des années-lumière des Kennedy, Pearson et De Gaulle.

Au mieux, nous aurions recyclé les «three Stooges ». Mais Moe, Curly et Larry savaient qu'ils faisaient de la comédie et du burlesque.

À ce trio de joyeux charlatans, il ne faut pas oublier le très souriant Vladimir et quelques autres dangereux autocrates.

Pauvres de nous.

Bernard Fournelle, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer