Regrets et espoirs

Les conseillers municipaux, Serges Ruel et Pierre Breton.... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les conseillers municipaux, Serges Ruel et Pierre Breton.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Notre conseil municipal perd deux de ses plus méritants conseillers, soit Serges Ruel et Pierre Breton. Des circonstances imprévues leur ont fait décider de relever de nouveaux défis. Pendant de longues années, ils ont contribué à donner à Granby une allure attrayante, moderne et... rayonnante.

Je voudrais surtout signaler leur intérêt pour la culture. Leur présence aux spectacles et évènements artistiques de Granby en témoigne. Pour eux, la culture, ce n'était pas une décoration superficielle, une guirlande, une cerise inutile sur le gâteau, des caprices de fainéants. Ils ont compris que la culture est d'une importance capitale dans une ville, qu'elle est l'âme de la communauté. Ils n'ont pas lésiné quand il s'agissait d'embellir Granby, d'améliorer les locaux de la culture et d'apporter la participation de la ville aux diverses manifestations artistiques et culturelles.

C'étaient des visionnaires. Ainsi, ils ont rêvé de doter Granby d'une bibliothèque remarquable pour les besoins d'aujourd'hui et surtout de demain, car Granby grandit rapidement. Ils furent d'ardents défenseurs de l'église Notre-Dame et son orgue (un joyau unique!). Récemment, la majorité des conseillers a refusé l'aide financière de 25 000 $ demandée par le Palace de Granby, soit 33 sous noirs par citoyen, - oui, 33 sous! - pour effectuer les réparations de l'orgue, le Palace fournissant l'autre moitié de la dépense. Pour ces conseillers, la culture, le patrimoine, c'est toujours trop cher.

Toute notre reconnaissance à Serges Ruel et à Pierre Breton. Nous regretterons certes votre départ, mais nous sommes assurés que vous demeurerez de fidèles alliés de la municipalité. Nous espérons que vous serez remplacés par des personnes aussi motivées, compétentes et sensibles à la culture que vous deux. Ce sera une occasion de faire réapparaitre la présence féminine au conseil. C'était presque scandaleux qu'aucune femme ne siège au conseil. Ne représentent-elles pas la moitié de la population?

 

Émile Roberge, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer