Oui, on vous croit

Madame Sophie Labrie, responsable des communicationsCentre d'aide et de lutte... (Archives Le Droit)

Agrandir

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Madame Sophie Labrie, responsable des communications
Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de Granby (CALACS)

Bonjour Madame,

Je viens de lire avec beaucoup d'attention et de respect vos commentaires dans La Voix de l'Est du 23 octobre, à la rubrique La Voix des lecteurs et qui a pour titre: «Les victimes d'agressions sexuelles, les croyez-vous?»

À la fin de votre texte, vous demandez aux lecteurs de faire entendre notre voix sur la page Facebook Onvouscroit ou encore sur Twitter #OnVousCroit.

Étant donné que je suis plus à l'aise avec le média conventionnel, j'ai cru bon de répondre à votre invitation à la rubrique La Voix des lecteurs.

À votre question à savoir croyez-vous les victimes d'agressions sexuelles? je vous dirais, Madame Labrie, que dans la très grande majorité des situations et sans hésitation, la réponse est oui.

Par contre en Abitibi et plus précisément à Val-d'Or, il appert que le service de police, n'a pas beaucoup d'estime envers les femmes autochtones qui sont très souvent vulnérables et démunies. En effet, en me référant au reportage de l'émission Enquête de Radio-Canada et à l'article de La Voix de l'Est de ce matin qui a pour titre «Sévices sur des autochtones en Abitibi: la SQ enquête sur ses policiers», je suis porté à croire, à tort ou à raison, que trop souvent il y a des individus en autorité qui exploitent des gens qui sont confrontés à la misère humaine,

À Val-d'Or, les huit policiers visés par des allégations d'agressions sexuelles et abus de pouvoir sont actuellement en «retrait administratif» selon la ministre Lise Thériault.

La ministre Thériault, après l'émission Enquête de jeudi, a décidé de transférer le dossier au service de police de Montréal (SPVM) dans le but de nous donner confiance en la justice!

Si toutes les allégations d'abus de toutes sortes sur les femmes autochtones à Val-d'Or, avec 14 évènements impliquant 8 policiers sur 60 entre 2002 et 2015, sont exactes, alors on est en droit de penser qu'au poste de police à Val-d'Or, «la loi du silence» et «la loi du plus fort» font la loi. Si c'est réellement le cas, notre justice est très malade!

Veuillez agréer, Madame Labrie, mes salutations les plus distinguées, 

Serge Dion, Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer