Un homme d'État pas comme les autres

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Si on pose la question suivante: «Selon vous, moi et tous les citoyens canadiens, Trudeau est-il un homme d'État? Un homme qui veut servir le Canada?»

Si je réponds à la question par: «Oui c'est un homme d'État qui veut servir sa nation», cette réponse ne saurait me satisfaire pour une raison simple: Justin Trudeau ne rentre dans aucune définition. C'était un homme unique, une occasion de changement sans equivoque, une bouffée d'oxygène et d'énergie.

Bien sûr, lorsque je prétends qu'il n'appartient pas à la catégorie des hommes politiques traditionnels dont la parole dépasse largement l'action, je veux mettre l'accent sur le fait que lui, ce n'est pas l'intérêt personnel qu'il priorise ni le jeu d'affrontement théâtral. Lui est un guerrier en politique qui se bat sans relâche pour faire reculer la bureaucratie centralisatrice, et ouvrir des espaces de flexibilité à l'économie canadienne. Son but est de débarrasser le marché de toutes les réglementations et les interventions abusives, mais en même temps il souhaite prendre en compte les conséquences sociales des changements en cours, et atténuer les chocs des grandes secousses internationales. De même que Mme Thatcher a représenté le libéralisme à la mode britannique, Justin Trudeau incarne le libéralisme à la canadienne.

Sa capacité de travail parait sans limites. Il me fait penser à un professeur américain que j'avais jadis à l'université et que je voyais souvent en train de se frotter les mains de plaisir, découvrant le matin les dossiers dont sa table de travail était surchargée.

 

Said Raouchi

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer