Allons directement AUBUT: que pouvons nous faire?

Marcel Aubut... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Marcel Aubut

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Labrie pour le CALACS
La Voix de l'Est

(Granby) DSK, Cloutier, Gomeshi, Cosby, Aubut... Qu'ont-ils tous en commun? Le Pouvoir. À cette liste pourraient s'ajouter certains membres de la GRC, de la colline parlementaire, de l'armée canadienne, des professeurs de l'UQAM... Alouette.

Encore une fois, l'histoire se ressemble et se répète: des cas de harcèlement sexuel font la manchette. À la tête: Marcel Aubut. Les victimes: les femmes de son entourage. Tout le monde le savait, «y parait». Le comité olympique lui avait même demandé de «changer» dans une lettre lui étant adressée. Cette lettre qui lui dicte ce qu'il ne doit plus faire... Exemple: cesser de «toucher» les employées, de faire devant elles des «allusions sexuelles» ou de les «embrasser». Ça, c'était en 2011. Nous sommes en 2015 et ça semble ne pas s'être arrêté. Sentiment d'impuissance.

Comme les personnes en place qui devaient faire leur travail n'ont sensiblement pas fait grand-chose, comme la plupart du temps auprès des gens de pouvoir, une question se pose. Avons-nous une alternative dans ce genre de situation? Comment pourrions-nous épauler et soutenir les victimes? Comment pourrions-nous faire cesser ce harcèlement sexuel?

C'est toujours la même chose quand il s'agit d'hommes bien placés, d'hommes de pouvoir, d'hommes qui font du harcèlement sexuel... On a peur. Pas juste les victimes; tout le monde autour a peur, tout le monde se tait.

Ce que nous voulons apporter aujourd'hui, c'est que lorsque l'agresseur est un monsieur Tout-le-Monde, il peut paraître plus facile de prendre position. Un exemple très concret; si ton voisin fait des remarques déplacées à ta femme, probablement que tu ne te gêneras pas pour le remettre à sa place.

Mais si c'est ton grand patron qui fait la même remarque à sa secrétaire et que tu en es témoin, il se peut que tu décides de ne rien dire. Pourquoi donc? Parce que tu te dis que ça ne te regarde pas, parce que ce n'est pas ta femme? Parce que tu as peur que ton grand patron ne trouve pas ça bien agréable de se faire remettre à sa place par son petit employé sur qui il a beaucoup de pouvoir? Parce que tu as peur que ça nuise à ta réputation, à tes chances de promotion, à ton choix de vacances, à ton emploi tout court? Et, pour mieux avaler notre pilule, on en arrive à se dire qu'il est comme ça, c'est un homme à femmes, et on essaie de normaliser.

Le CALACS de Granby vous invite à prendre position dans toutes les situations de harcèlement sexuel qui se présentent autour de vous. Pourquoi? Parce que la problématique de la violence sexuelle, ça nous concerne tous. Si tout le monde prend position, le message va être très clair: le harcèlement sexuel, c'est inacceptable, dans tous les cas!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer