Réponse à la lettre de M. Roger Quintin du 15 septembre dernier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Il s'agit ici de mon opinion personnelle et cela n'engage en rien mes consoeurs et confrères.

Monsieur Quintin, à mon humble avis vous avez une vision obtuse du travail de conseiller.

Dans le traitement des dossiers, ma responsabilité est de poser toutes les questions pertinentes et m'assurer d'obtenir les réponses avant de prendre ma décision, et ce, dans l'intérêt de tous les citoyens.

Le 27 juillet dernier, nous avons obtenu une copie du bail emphytéotique de 30 pages, quatre heures seulement avant une séance de travail, et 30 minutes étaient prévues pour en discuter... Trente minutes pour discuter d'un bail qui cédera pour 50 ans à la SACS (Société d'Agriculture du Comté de Shefford) des terrains que nous lui avons achetés 508 000$ en 2006 dans le but de les protéger tout en assurant la tenue d'activités équestres. Ça demande à tout le moins une vraie réflexion!

Nous avons alors demandé une seconde séance de travail pour traiter expressément de ce dossier. Le 31 août, nous réitérions l'urgence d'une rencontre. Le 3 septembre, soit 38 jours plus tard, l'emphytéose a finalement été ajoutée à l'agenda. Suite à cette rencontre, il y avait encore des points à traiter. Nous avons alors demandé de ne pas mettre cette résolution à l'ordre du jour du 8 septembre et reporter la décision à la séance d'octobre. Nous voulions prendre le temps de terminer les échanges et nous assurer que la population soit bien informée avant de prendre une décision.

Notre mairesse, Mme Pauline Quinlan, a choisi de laisser la résolution à l'ordre du jour sachant que nous n'étions pas prêts à nous prononcer et voterions majoritairement contre. Pourquoi a-t-elle pris cette décision? Ce n'est pas à moi d'y répondre. Cependant, il était de mon devoir de ne pas céder à une pression indue.

Au lendemain de l'assemblée du 8 septembre, j'ai contacté le COJEM afin de solliciter une rencontre dont l'objectif était de mieux comprendre nos défis respectifs. À ce jour, Diane Perron, Sylvie Adam et moi-même (M. Distilio étant en vacances) avons eu quelques rencontres.

Oui le temps presse, mais ce n'est pas aux élus de prendre la responsabilité du manque de transparence et de la mauvaise planification auquel nous avons été confrontés dans ce dossier. J'ai la conviction que nous devons diriger Bromont de façon proactive plutôt que réactive. Je souhaite que les JEM 2018 soient un succès et je vois d'un très bon oeil l'arrivée de Luc Fournier à la tête du COJEM.

Le 5 octobre prochain, nous devrons nous prononcer de façon définitive dans ce dossier. Je souhaite sincèrement que d'ici là, nous ayons toutes nos réponses et que les Bromontois aient été bien informés.

Peu importe de quel côté ira mon vote, il y aura des gens satisfaits et des gens insatisfaits. Ma décision sera basée sur des faits et l'assurance d'un legs positif pour l'ensemble de la communauté.

Meilleures salutations,

 

Louis Villeneuve, citoyen et conseiller municipal

Bromont

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer