Deux départs, deux réalités

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Plusieurs médias, principalement La Presse, nous apprenaient les 20 et 21 août derniers le départ de la vie politique de deux grandes dames aimées et respectées de l'ensemble des Québécoises et des Québécois.

En effet, Mme Colette Roy-Laroche, 72 ans, mairesse de Lac-Mégantic depuis 13 ans, nous annonçait qu'elle se rendrait jusqu'à la fin de son mandat prolongé, soit le 1er novembre 2015.

De l'autre côté, Mme Marguerite Blais, 64 ans, ex-ministre et actuelle députée libérale de Saint-Henri-Sainte-Anne depuis 8 ans, nous annonçait qu'elle ne terminerait pas son mandat de députée et qu'elle allait tirer sa révérence le 14 septembre prochain, avant la rentrée parlementaire.

Les deux dames ont quelques points en communs. Elles ont eu la douleur de perdre leur conjoint à 46 jours d'intervalle en 2015, et à partir de l'été 2014, toutes les deux, chacune à leur manière, ont été des aidantes naturelles auprès de leur conjoint.

Mme Marguerite Blais, en plus de perdre son conjoint, a perdu, après la défaite des libéraux en septembre 2012, son poste de ministre responsable des Aînés et par conséquent la limousine avec chauffeur-garde du corps pour ses déplacements. Comble de malheur, après les élections au printemps 2014, le nouveau premier ministre du Québec, Philippe Couillard, n'a pas cru nécessaire de renommer Mme Blais au Conseil des ministres.

Par contre, fait exceptionnel, le gouvernement du Québec, à l'automne 2013, a modifié la loi pour prolonger de deux ans le mandat de la mairesse Colette Roy-Laroche, à la suite du désastre humain et matériel de la municipalité de Lac-Mégantic.

Moins d'un mois après le drame, j'ai écrit ceci au sujet de mon héroïne de Lac-Mégantic: «C'est face à une grande catastrophe humaine que l'on reconnaît véritablement la force de caractère d'un leader d'une municipalité et Mme Colette Roy-Laroche, la mairesse de Lac-Mégantic, en est la preuve vivante». (On récolte ce qui a été semé!, La Voix de l'Est, le 1er août 2013).

Pendant plus de deux ans, cette dame à l'allure calme, sereine, une femme de coeur, mais avec une très grande force tranquille, nous a démontré hors de tout doute ce que c'est le sens du devoir civique.

De l'autre côté, la députée de Saint-Henri-Saint-Anne quitte son poste pour des raisons que le commun des mortels peut, à tort ou à raison, qualifier de tordues. Elle se dit épuisée, elle veut du temps pour elle, mais aurait accepté un nouveau défi comme ministre, à condition que ce soit à court terme! Par contre, elle va réclamer un prix de consolation autour de 149 000$, à titre d'allocation de transition. [À propos de l'allocation de transition, La Voix de l'Est, le 23 octobre 2013]. Voici un extrait de l'article du journaliste Tommy Chouinard, de La Presse: «Et je ne m'en vais pas travailler nulle part, je m'en vais chez nous! [...] Je n'ai pas d'assurance vie de mon mari. J'ai très peu de revenus». [Marguerite Blais «<saxo:ch value="226 128 137"/>avait besoin d'un défi<saxo:ch value="226 128 137"/>», La Presse. 21 août 2015]. Cela se passe de commentaires!

En plus de cette généreuse allocation de transition, une élection partielle sera mise en branle d'ici 6 mois. Naturellement, tous les frais de cette élection seront refilés aux bons contribuables québécois, à qui on demande de se serrer la ceinture durant cette période de rigueur budgétaire que certains appellent une période d'austérité!

Pour Mme la mairesse Colette Roy-Laroche, je lui accorde une note parfaite pour son travail gigantesque dans des conditions inimaginables et sans oublier d'avoir respecté son engagement de terminer son mandat prolongé de mairesse de Lac-Mégantic, jusqu'à son échéance.

Je fais le voeu que tous nos dirigeants en poste et ceux à venir, que ce soit aux niveaux municipal, provincial et fédéral, agissent tout simplement, sans artifices superflus, à l'image de Mme Colette Roy-Laroche, c'est-à-dire: agir en bonne mère et père de famille pour le bien de l'ensemble de la collectivité!

Évidemment, il y aura toujours des projets à court, moyen et long terme à Lac-Mégantic, comme ailleurs au Québec, mais la retraite de Mme Colette Roy-Laroche est amplement méritée et je proclame haut et fort: devoir accompli!

 

Serge Dion

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer