Merci, M. Vachon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

À la fin des années 1950, mes voisins et amis d'enfance du chemin de Roxton (maintenant rue Dufferin), nous avions un certain plaisir à poser une toute petite devinette à nos amis de l'école rurale, mais surtout à mes cousins de la «ville» de Granby. Mes cousins et leurs voisins immédiats nous étiquetaient «d'habitants» parce qu'ont demeurait à la campagne! Il y a plus d'un demi-siècle, se faire traiter «d'habitants», surtout à notre jeune âge, c'était très péjoratif. Voici donc ladite question piège: quelle différence y a-t-il entre une «boîte à malle» et une boîte à pain? Après réflexion, tous donnaient leur langue au chat et nous étions fiers de leur dire que s'ils ne savaient pas faire la différence, c'est qu'ils ne feraient jamais de bons facteurs!

Monsieur Daniel Vachon, à l'emploi de Postes Canada à titre de facteur du secteur Haute-Ville à Granby, va prendre sa retraite incessamment, après 30 ans de loyaux services à la Société canadienne des postes. Pour nous, qui sommes, plus de mille clients de son secteur, c'est une grosse perte de voir notre facteur d'expérience nous quitter. La factrice ou le facteur qui va remplacer M. Vachon aura un gros défi à surmonter pour maintenir la qualité de service que nous avons reçue de notre facteur préféré.

M. Vachon, un homme toujours de bonne humeur, d'un pas régulier et très rapide, très ponctuel, assidu à son travail, où le service à la clientèle a toujours été son cheval de bataille, aimait son emploi, et ça se voyait dès la première minute.

Par contre, lorsqu'il prenait ses vacances - bien méritées -, j'ai été témoin trop souvent, et mon constat est partagé par plusieurs clients, que la personne qui le remplaçait avait beaucoup de difficulté à faire son travail avec précision et rigueur. Voici un exemple des désagréments que nous avons subis durant ses vacances. La personne qui remplaçait M. Vachon ne faisait pas la différence, entre autres, entre l'adresse postale 101 et 111. La personne mélangeait les adresses et ça occasionnait des inconvénients à des dizaines de résidants en condominium. (À titre d'exemple seulement, la personne livrait au 302-101 au lieu de 302-111).

Les clients laissaient donc dans une petite boîte de retour les enveloppes mal livrées, mais la personne qui remplaçait notre facteur ne les reprenait pas. C'est pourtant elle qui les avait mal livrées la veille! Chaque fois, je faisais la navette entre le 101 et le 111 pour régulariser la situation. Je considérais que ce n'était pas à moi de lui donner un cours élémentaire 101 pour bien distribuer le courrier. Donc j'ai téléphoné au bureau de poste local, tout en expliquant la problématique. On m'a référé à un autre numéro.

Sur le répondeur, on me demandait de m'identifier, numéro de téléphone, etc., et d'expliquer le problème. On devait me rappeler rapidement... Le problème s'est réglé seulement au retour de vacances de M. Vachon!

Une autre désagréable réalité, cette fois-ci au niveau des quartiers de maisons individuelles: le facteur inexpérimenté mélangeait non pas les numéros, mais les rues en parallèle. À titre d'exemple, le numéro de porte était le bon, mais pas la rue. On mélangeait les rues Dozois, Alexandra et Drummond. Un facteur consciencieux fait son travail en faisant toujours une double vérification, c'est élémentaire!

Inconsciemment, je pensais, à tort ou à raison, que la personne qui a remplacé notre facteur professionnel avait plus de disposition à faire un bon livreur de pain qu'un facteur digne de ce nom!

Les 8, 9 et 10 août dernier, je me suis permis de faire aléatoirement du porte-à-porte, un peu comme s'apprêtent à faire les candidats à l'élection fédérale du 19 octobre prochain. J'ai fait un petit sondage sans prétention et non scientifique dans le but de vérifier si ma perception au sujet du travail de M. Vachon était partagée. J'ai rencontré des résidants des rues suivantes: Saint-Michel, Barr, Delaney, Dozois, Swett, Viau, Wellington, Alexandra et Drummond ainsi que du boulevard Leclerc Est. J'ai pu constater que la qualité de son travail pour la livraison du courrier était d'une très grande précision, jamais d'erreur, non jamais, et M. Vachon a obtenu une note parfaite de 100 % (55/55).

Par contre, 2 personnes sur 55 ont jugé que notre facteur était trop exigeant, donc plus de 3 % des clients trouvaient que notre facteur avait un peu trop de rigueur. Étant donné, que M. Vachon est très ponctuel, il est raisonnable de comprendre, qu'il faut que son environnement de travail - l'entrée cour, le trottoir, le perron, etc. - soit bien dégagé en toute saison et soit sécuritaire pour pouvoir travailler dans des conditions optimales afin de donner un service optimal à toute sa clientèle. On entend souvent dire que «nous avons tous les défauts de nos grandes qualités»!

Pour clore, M. Daniel Vachon, à titre de facteur professionnel, a obtenu une note exceptionnelle de 100 % pour sa ponctualité, son assiduité, son exactitude à livrer le courrier selon les règles de l'art et sa bonne humeur communicative, sans oublier son humanisme.

Bonne retraite, M. Vachon! Vous allez nous manquer!

De l'ensemble de vos clients du secteur Haute-Ville.

 

Sincèrement vôtre,

 

 

Serge Dion

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer